En ce moment
 
 

Nouvelle procédure pour suspendre la dotation du Vlaams Belang pour incitation à la haine

Nouvelle procédure pour suspendre la dotation du Vlaams Belang pour incitation à la haine
(c) Belga
 
 

Une nouvelle procédure est lancée aujourd'hui pour suspendre la dotation du Vlaams Belang. Le parti flamand d'extrême-droite reçoit chaque année 8 millions d'euros d'argent public, grâce à ses scores aux élections.

Mélissa Hanus, députée fédérale PS, souhaite mettre un terme à la dotation du Vlaams Belang. Elle accuse le parti de faire de l'incitation à la haine. "La question de la montée de l'extrême droite en Belgique est le dossier de cette législature", dit-elle. "Rien que sur base de son programme électoral, le Vlaams Belang pourrait voir son financement supprimé." Grâce à ses scores aux élections, le Vlaams Belang reçoit chaque année 8 millions d'euros.

Des publications sur les réseaux sociaux sont également suspectées d'incitation à la haine. Des messages dirigés contre des étrangers. "On a récolté un faisceau de preuves", explique la députée. "Un ensemble d'éléments différents qui font l'hypothèse de cette incitation à la haine."

les interdictions ne permettent pas de mettre fin à ce mal de société

En 2010, l'idée de suspendre la dotation de Vlaams Belang avait échoué. La démarche a également des effets pervers car elle aide les partis xénophobes à se poser en victimes. Et elle ne suffit pas à lutter contre les idées de ce genre de parti. Manuel Abramowicz est coordinateur de RésistanceS, l'observateur de l'extrême-droite: "Au lieu de combattre de front ce qui fait le nid de l'extrême-droite, beaucoup de partis démocratiques au pouvoir trouvent des trucs et des astuces pour empêcher l'extrême-droite", dit-il. "Comme pour la drogue, les interdictions ne permettent pas de mettre fin à ce mal de société."


 

Vos commentaires