En ce moment
 
 

Gouvernement wallon: le PS est d'accord pour élargir les négociations avec le MR

  • Négociations régionales: réunion du PS qui va devoir appeler le MR

  • Négociations: ouverture du bureau de parti au PS ce mercredi matin

 

Après l'échec du coquelicot, PS et Ecolo doivent prendre une nouvelle initiative ce mercredi pour former une majorité. A priori, ils inviteront le MR à la table des discussions. C'est chose faite pour le PS, dont le bureau de parti s'est prononcé en faveur d'une "rencontre exploratoire". Pour Ecolo, la situation s'annonce bien plus difficile...

Les écologistes réunissent leur conseil de fédération ce mercredi soir. Il s'agit d'une quinzaine de responsables régionaux du parti. Avec une question: les verts doivent-ils se lancer dans une coalition avec le PS et le MR en Wallonie? Alors qu'ensemble, sans Ecolo, PS et MR ont la majorité des sièges. Ecolo n'est donc pas numériquement indispensable. On sait en plus que l'hostilité, avec le MR, a été forte, pendant la campagne.

Tout va donc dépendre de l'attachement des responsables écologistes au projet jusqu'ici noué avec les socialistes. Il s'agit de la fameuse note d'une quarantaine de priorités pour la région wallonne et pour la Fédération Wallonie Bruxelles. Une note écrite avec l'aide de représentants de la société civile.


Le PS pose de premiers jalons en vue d'une négociation avec Ecolo et le MR en Wallonie

Au PS, c'est un bureau de parti qui était convoqué ce mercredi matin. Le calcul était vite fait, le PS n'a pas d'autre choix arithmétique que de ramener le MR à la table des discussions.

Suite au bureau de parti, le Parti socialiste invite Ecolo et le MR à une "rencontre exploratoire" afin d'examiner les "élargissements possibles" des lignes directrices rédigées avec les Verts pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Le PS propose "le cas échéant, d'entamer les négociations en vue d'élaborer une déclaration de politique régionale pour la Wallonie et une déclaration de politique communautaire pour la Fédération Wallonie-Bruxelles".

Les dirigeants des partis socialistes et écologistes ont indiqué ce week-end que le sort de leur parti est lié. Ils préfèrent donc une tripartite, où PS et Ecolo feraient bloc pour discuter avec le MR. Restent à voir si les autres cadres du PS et d'Ecolo vont avaliser ce scénario.

"Ce n’est pas une attitude normale, quand on voit tous les défis qu’on a devant nous"

"Pour moi, en tout cas, c’est un peu tôt pour inviter le MR. Je pense qu’il y a encore du travail à faire sur la note. C’est ce que je vais essayer d’exprimer maintenant", explique Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB, à l'entrée du bureau de parti du PS.

Est-il déçu du non du cdH Et du PTB? "Le problème, c’est qu’à partir du moment où il y a dès le départ, 10 jours après les élections, deux partis, le PTB et le cdH, qui représentent un tiers de l’hémicycle, qui disent "de toute façon, on va dans l’opposition", cela restreint le champ des possibles et je trouve que ce n’est pas une attitude normale, quand on voit tous les défis qu’on a devant nous".

Quel est son prérequis avant d’inviter le MR? "Il faut qu’on puisse retravailler sur les notes, retravailler sur le fond. Jusqu’à présent, je n’ai pas encore entendu d’argument de fond par rapport à l’analyse et au rejet des notes".

 

Mathématiquement, il faut une ouverture vers un partenaire supplémentaire

A la question de savoir quelle sera l’attitude du PS après ce refus du coquelicot, Jean-Marc Delizée, député fédéral PS répond: "Je pense que nous avons une bonne base de discussion avec ce qui a été fait avec Ecolo et la contribution de la société civile. Maintenant, mathématiquement, il faut une ouverture vers un partenaire supplémentaire pour avoir une majorité. Il ne reste plus que le MR, puisque les deux autres ont décliné. Mathématiquement, il n’y a pas d’autre solution que celle-là, maintenant, l’important est aussi le contenu".

"La base, c’est avec Ecolo"

Une bipartite PS et MR, est-elle envisageable, ou ne voit-il pas l'avenir sans Ecolo? "Ce n’est pas mon option, je ne pense pas que ce soit l’option du parti. Nous avons beaucoup de convergences avec Ecolo sur le fond. On veut aller très loin dans le social et sur le climat par exemple. Pour moi, le socle doit être celui-là. Si une troisième formation politique doit s’ajouter, elle s’y ajoutera. Mais la base, c’est avec Ecolo".


Poursuite des négociations à Bruxelles

A cet égard, le PS a décidé de prolonger le dialogue avec DéFI qui a répondu positivement au contenu des lignes directrices pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme Ecolo, DéFI participe aux négociations avec le parti socialiste en vue de la formation d'un gouvernement en Région bruxelloise.

Vos commentaires