En ce moment
 
 

Prolongé dans sa mission d’informateur, Paul Magnette met la pression sur les négociateurs

  • La mission de l''informateur royal Magnette prolongée jusqu''au 9/12

  • L’informateur Paul Magnette poursuit sa mission

 
 
 

L'informateur royal Paul Magnette a été prolongé dans sa fonction jusqu'au 9 décembre, date à laquelle il fera un nouveau rapport au Roi, a indiqué lundi le Palais royal à l'issue d'un entretien entre le chef de l'Etat et le chargé de mission.

"Si nous devions subir un choc majeur qu’il soit économique, géopolitique ou autres, nous ne serions pas en mesure de réagir en l’absence d’un gouvernement de plein exercice, ce qui pourrait avoir des conséquences lourdes pour la vie de nos concitoyens. Je comprends parfaitement que les partis s’interrogent sur leur avenir et qu’ils aient des considérations stratégiques mais ces débats internes ne doivent pas mettre en péril les intérêts de notre pays. Il est plus que temps que chacun en revienne à l’essentiel et que sur base des convergences dégagées jusqu’ici des négociations se poursuivent afin de mener à la formation d’un gouvernement de plein exercice dans les meilleurs délais. Je réitère donc mon appel à chacun à sortir de sa zone de confort, à réfléchir à l’intérêt général et à prendre ses responsabilités. Je réitère aussi ma demande de faire passer les réponses aux problèmes des femmes et des hommes de notre pays avant les stratégies des partis et j’ai bon espoir d’être entendu", a notamment indiqué Paul Magnette, à l'issue de sa rencontre avec le Roi.



Le roi Philippe avait désigné le 5 novembre dernier le président du PS pour mener un nouveau tour d'information en vue de former un gouvernement fédéral, après l'échec des préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA). Le socialiste a pris sa mission en étendant la liste des partis consultés.

Les informateurs précédents, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), avaient progressivement réduit leurs discussions à six partis (socialistes, libéraux, CD&V et N-VA). Les préformateurs avaient aussi consulté les écologistes. M. Magnette a, quant à lui, entretenu des contacts avec dix partis, c'est-à-dire avec DéFI et le cdH en plus. Paul Magnette ne cherche pas à constituer une prochaine coalition mais plutôt à trouver des consensus autour de plusieurs thèmes, comme le relèvement du taux d'emploi, la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté, la justice et la sécurité, la transition climatique ou encore l'immigration. La modernisation de l'État et la thématique budgétaire sont, elles, abordées de manière transversale dans les discussions.

La semaine dernière, le Roi avait prolongé une première fois la mission de M. Magnette. Ce dernier dispose désormais de deux semaines supplémentaires. Fait notable: les libéraux francophones et les chrétiens-démocrates flamands désigneront leur nouveau président au cours de celles-ci.




 

Vos commentaires