En ce moment
 
 

Paul Magnette veut imposer une pension minimale de 1.500 euros, pendant que les autres partis ont différentes priorités

 
 

Les négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral se poursuivent. Les co-formateurs Paul Magnette et Alexander De Croo ont à nouveau rassemblé leurs partenaires de la coalition Vivaldi, qui viennent de 7 partis différents. En arrivant ce matin au palais d'Egmont, le co-formateur socialiste défend son point de vue sur les pensions: l'un des gros dossiers de cette négociation. Il a la volonté de pouvoir atteindre au minimum une pension de 1.500 euros/mois. Paul Magnette s'explique : "Les pensions, la fiscalité, le budget, il y a beaucoup de dossiers très importants... Je pense que les pensions sont importantes pour tout le monde. Des pensions plus élevées seraient aussi un avantage pour de nombreux Flamands et les indépendants. C'est un dossier important pour tout le monde. Investir dans les gens, dans la qualité de vie des gens, c'est aussi investir dans la croissance et donc à long terme dans la durabilité de notre économie..."

Priorités différentes selon les partis

Chacun a ses priorités. L'Open VLD veut ses 500 millions de plus pour la sécurité. Les Bleus, les Rouges, les Verts et le CD&V doivent se mettre d'accord sur des très gros dossiers: les pensions, la sécurité, l'asile et la migration, l'emploi, le budget et la fiscalité, ainsi que la justice.

A la question si la justice doit être plus rapide et plus efficace, Conner Rousseau (sp.a) répond: "Je pense que ça tombe sous le sens...C'est nécessaire. C'est ce que les gens attendent et c'est ce que nous allons faire."

Mettre au point un accord de gouvernement, c'est un travail titanesque dans tous les domaines. Pour Georges Gilkinet, Ecolo, d'autres priorités ont été établies: "Les questions autour du climat et de la mobilité sont, comme vous le savez, très importantes pour nous. Mais nous travaillons sur tous les dossiers. Aussi sur l'emploi, pour pouvoir mettre plus de gens au travail."

Depuis hier, ils ont déjà engrangé quelques accords. Le travail se poursuit. La date limite, c'est lundi.

Et quel premier ministre?

A cette question très attendue, notre journaliste Mathieu Col qui était devant le palais d'Egmont pendant le RTLINFO13H révélait à ce sujet: "Ils doivent en discuter ce week-end. Probablement demain (soit dimanche). Parmi les premiers ministrables, figure Paul Magnette".




 

Vos commentaires