Pénurie de main d'œuvre dans la construction: "La pénibilité ne doit pas être une excuse"

(Belga) La 22e édition du salon de la construction Batimoi se tient du 25 au 28 janvier au WEX de Marche. Le ministre de la Formation et de l'Emploi Pierre-Yves Jeholet était présent vendredi à l'ouverture pour présenter des mesures visant à lutter contre la pénurie de main d'œuvre dans le secteur.

Mise en place par le gouvernement wallon avec le soutien du Forem et de la Confédération Construction Wallonne, l'opération "Coup de poing pénurie" présentée vendredi soir par le ministre de l'Emploi vise à lutter rapidement contre la pénurie par la création de formations "sur mesure" afin de garantir un recrutement correspondant aux besoins des entreprises. "On sait qu'il y a 15.000 postes vacants dans le secteur de la construction en Wallonie", souligne Pierre-Yves Jeholet. "Il y a ce paradoxe en Wallonie d'avoir 200.000 demandeurs d'emploi et un taux de chômage deux fois supérieur à celui de la Flandre d'une part, et une pénurie de main d'œuvre dans toute une série de secteurs de l'autre." Pierre-Yves Jeholet fustige notamment une certaine "culture de l'excuse". "La pénibilité ne doit pas être une excuse pour ne pas attirer des jeunes. Parce que la pénibilité dans le secteur est bien moins forte aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a 20 ou 10 ans." Le ministre insiste sur la nécessité pour les opérateurs de formation et le politique d'orienter davantage vers le secteur de la construction. "Il y a aussi une responsabilité des entreprises pour qu'elles jouent le jeu de la formation, ainsi qu'une responsabilité des jeunes, des demandeurs d'emploi, à apprendre un métier, à faire le maximum pour se réinsérer sur le marché du travail." (Belga)

Vos commentaires