En ce moment
 
 

Plan taxi - La CSC-Transcom marque son opposition à l'ordonnance provisoire

 
 

(Belga) Le syndicat CSC-Transcom manifeste mercredi soir son opposition à l'ordonnance du gouvernement bruxellois visant la mise en place d'une solution temporaire pour les chauffeurs concernés par la fermeture de la plate-forme Uber, et qui sera examinée vendredi en séance plénière. Ce syndicat affirme en revanche soutenir la proposition déposée par le PS.

L'organisation syndicale estime que cette ordonnance provisoire a été décidée "dans l'urgence" et ce faisant va "à l'encontre des principes de la concertation sociale et faisant par là-même fi de la séparation des pouvoirs". "La solution prônée par le monde politique bruxellois, hormis le PS, est une solution dictée par Uber qui tente par tous les moyens de pouvoir continuer ses activités en contournant les obligations incombant à tous les employeurs en Belgique", comment Philippe Lescot, permanent à la CSC-Transcom. Le syndicat préfère à cette ordonnance la proposition du PS "qui a le mérite de clarifier et de pérenniser dans un cadre légal le secteur du taxi bruxellois, même si des amendements doivent encore y être apportés", pointe le communiqué diffusé dans la soirée. La proposition déposée par les socialistes bruxellois vise à accélérer l'examen du projet de réforme de l'ordonnance taxi sur lequel le gouvernement bruxellois tout entier s'est mis d'accord.  L'ordonnance temporaire a quant à elle été déposée notamment, côté majorité, par DéFI, le sp.a et Groen, mais pas par le PS.   Par ailleurs, un nouveau blocage de la circulation bruxelloise par le secteur des taxis est annoncé pour jeudi matin. La mobilisation se fait en front commun qui inclut entre autres la Fédération bruxelloise des Taxis (BTF), la Fédération belge des Taxis (FeBeT), les antennes syndicales de la FGTB et de la CSC, ou encore des associations comme Elite Taxi, Ingoboka-Taxi et le Collectif des Travailleurs du Taxi (CTT). (Belga)


 

Vos commentaires