En ce moment
 

De grands chamboulements à Bruxelles: énorme percée d'Ecolo, le PS résiste, le MR recule

COMMUNALES 2018

Les résultats des élections en région bruxelloise provoquent de grands chamboulements dans les rapports de force politiques. Ecolo se profile comme le grand vainqueur en terminant deuxième parti dans plusieurs communes. Ecolo garde son mayorat à Watermael-Boitsfort, parvient à obtenir le poste de bourgmestre à Ixelles et Forest, et monte dans une majorité à Bruxelles-Ville. Le PS résiste plutôt bien malgré l'affaire du Samusocial. Enfin, le MR sort très fragilisé des communales de la région Bruxelles-Capitale.

C'est sous une déferlante verte que les Bruxellois se réveillent ce lundi matin, au lendemain des élections communales. Le parti Ecolo-Groen est celui qui a réalisé la plus grosse progression un peu partout dans la région bruxelloise. Dimanche matin, les Verts n'avaient qu'un bourgmestre sur les 19 communes. Ce lundi, ils sont en passe d'en avoir trois. À Watermael-Boitsfort, Olivier Deleuze reste à la tête de la commune et renvoie Martine Payfa et son parti DéFI pour six années supplémentaires dans l'opposition. À Forest, la poussée verte a eu raison de la liste du bourgmestre et décroche le mayorat. Même chose à Ixelles où Ecolo s'impose comme le premier parti. À côté de ces trois communes, les Verts entrent aussi dans plusieurs majorités dans la région, dont la coalition à Bruxelles-Ville est la plus symbolique.

Exit donc le MR d'Alain Courtois à l'hôtel de ville bruxellois. Alain Courtois ne siégera pas au conseil communal ou la coalition MR-VLD passe de 10 à 7 sièges. Les libéraux sont d'ailleurs en recul dans d'autres communes de la région. Françoise Schepmans ne sera plus bourgmestre de Molenbeek: elle cède sa place à la socialiste Catherine Moureaux (la fille de Philippe Moureaux), qui envisage une coalition avec le PTB. À Koekelberg, la liste du bourgmestre, le MR Philippe Pivin, perd 17% par rapport à 2012. Le socialiste Ahmed Laoouej prend sa place avec une majorité PS-Ecolo-cdH. En revanche, le Mouvement réformateur conserve les communes d'Etterbeek avec Vincent De Wolf et d'Uccle avec Boris Dilliès. Les libéraux prennent la main à Anderlecht, où Gaëtan Van Goidsenhoven envoie la liste PS-cdH du bourgmestre sortant Eric Thomas dans l'opposition. A Auderghem, Didier Gosuin (DéFi) garde son écharpe de bourgmestre. 

Quant au cdH, il est aussi à la tête de quatre communes. Sans surprise à Berchem-Sainte-Agathe avec Joelle Riquelle, qui passera le témoin à mi-mandat. À Jette, où Hervé Doyen (cdH) conserve son poste, reste à savoir avec quelle majorité. A Woluwe-Saint-Pierre avec Benoît Cerexhe qui rempile pour un nouveau mandat. Et enfin à Ganshoren, où Pierre Kompany (cdH), le père de Vincent Kompany, l'emporte avec sa liste Pro Ganshoren.

Les socialistes, qui conservent donc Bruxelles-Ville et se réapproprient Molenbeek, maintiennent leur emprise sur Evere, Saint-Gilles et Saint-Josse. À Saint-Gilles, Charles Piqué perd cependant sa majorité absolue et négocie actuellement avec Ecolo.

Pour terminer ce résumé, DéFI reste à la tête de Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Auderghem.


Bruxelles-Ville: le PS surmonte le Samusocial et s'allie à Ecolo

C'était l'une des grandes questions de ces élections communales en région bruxelloise: qu'allait-il se passer à Bruxelles-Ville après le scandale du Samusocial? Finalement, le Parti socialiste parvient à rester premier parti avec 28,38% des suffrages (-0,8%) et ne perd qu'un seul siège au conseil communal. Ecolo-Groen crée quant à lui la surprise en devenant le deuxième parti de la commune, avec 16,81% (+4,4%) et 9 sièges (+2). Le MR enregistre une chute en récoltant 13,87% (-4,1%) et 7 sièges (-3). Le PTB-PVDA enregistre une forte progression à 11,58% (+10%) et remporte 6 sièges (+6). Le cdH-CD&V+ s'écroule à 9,29% (-8,8%) et perd la moitié de ses sièges pour un total de 5 sièges (-5). DéFI stagne à 7,55% et 3 sièges, de même que la N-VA à 3,7% et 1 siège.

Face à ces résultats, le Parti socialiste a rapidement mené des négociations en envisageant de modifier la précédente coalition (PS-MR-Open VLD). C'est en pleine nuit que l'annonce a été faite: le PS s'allie à Ecolo-Groen et à Change.Brussels (sp.a, socialistes flamands) pour former une majorité de 27 sièges sur 49. "Les électeurs se sont prononcés pour une majorité progressiste. Nous entendons suivre cette voie. L’objectif est de continuer à mettre tous les services et les activités de proximité au cœur du projet de ville. Que chacun puissent trouver une école, des centres sportifs et culturels, une police de proximité, des espaces verts, un logement et des commerces accessibles à 10 minutes de chez soi", annonce la nouvelle majorité par communiqué. Cette nouvelle majorité à Bruxelles-Ville, c'est l'un des grands chamboulements dans la région.

  
"Situation historique" à Ixelles


L'autre grande surprise nous vient d'Ixelles, où les Verts sont parvenus à décrocher l'écharpe mayorale. La poussée verte observée un peu partout à Bruxelles en début de soirée dimanche est très nette à Ixelles où, après dépouillement complet, les Verts, emmenés par Christos Doulkeridis et Audrey Lhoest, arrivent largement en tête, à 33% (23,5% en 2012) devant la Liste de la Bourgmestre (25,5%; - 3,6%), et le PS-sp.a (18,9%; + 2,3%). DéFI (7,2%) est en baisse par rapport à 2012, alors qu'elle était associée au libéral Olivier de Clippele (12,2%). Objectif XL (tendance cdH) est crédité de 5,5%. Les Verts gagnent cinq sièges par rapport au scrutin de 2012 et en comptent désormais 16. La Liste de Dominique Dufourny (MR) en perd trois, à 12 sièges. Les socialistes en récupèrent un (9), alors que le cdh en perd deux (2), ce qu'obtient le PTB après avoir pris 6,3% des voix.

Pour Christos Doulkeridis, Ixelles se prépare à connaître une "situation historique" avec le recul des libéraux qui se profile, ceux-ci ayant figuré au sommet dans la commune "peut-être depuis la naissance la Belgique". Selon les premiers résultats, il est en passe de devenir le futur bourgmestre d'Ixelles. 

Forest: une nouvelle commune dirigée par les Ecolos

La commune de Forest a elle aussi connu son lot de chamboulements. Ecolo-Groen y a fait une belle percée avec 25% (+7,5%) et 11 sièges (+4), devenant ainsi le premier parti de la commune. La liste du bourgmestre est deuxième avec 24,7% (-6,5%) et 10 sièges (-4). Le MR termine troisième avec 15,3% (-9,6%) et 6 sièges (-4). DéFI est quatrième avec 11,7% (+1,3) et 4 sièges (+1). Arrive ensuite le PTB-PVDA avec 10,85% et 4 sièges. cdH ferme la marche avec 7,56% (-1%) et 2 sièges.

Une courte majorité Ecolo, MR et cdH de 19 sièges sur 37 s'est dégagée, au milieu de la nuit, à Forest, à l'issue de plusieurs heures de tractations. Les négociations ont impliqué, à des moments et des degrés divers, la plupart des composantes démocratiques de l'échiquier politique local reconfiguré par les élections de dimanche. C'est la tête de liste d'Ecolo-Groen, Stéphane Roberti, qui sera proposée à la fonction de bourgmestre. Les jeunes chefs de file du MR, Cédric Pierre De Permentier et du cdH Laurent Hacken se sont quant à eux "réjouis de ce nouvel élan". L'accord de majorité sera présenté au cours de la semaine. Il intègrera notamment deux priorités: "plus de qualité de vie dans un cadre urbain sain et apaisé et une démocratie participative renforcée", a indiqué Stéphane Roberti, se faisant le porte-parole de la nouvelle majorité.

Ecolo reste au pouvoir à Watermael-Boitsfort

A Watermael-Boitsfort, la liste Ecolo-Groen du bourgmestre sortant Olivier Deleuze arrive largement en tête (36,19%) alors que la liste DéFI de l'ancienne bourgmestre Martine Payfa, qui était en tête en 2012, est loin derrière, avec 22,40%.

Les Verts au pouvoir avec DéFI à Schaerbeek


A Schaerbeek, la liste du bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFi) se maintient (32%). Là aussi, Ecolo fait une belle percée avec 19% des voix, devant le PS (17%). Le cdH, qui était au pouvoir avec DéFI et Ecolo, enregistre un recul. L’accord vient d’être signé entre Bernard Clerfayt et la liste Ecolo. Le premier et le deuxième parti ont décidé de s’allier sans le cdH. Bernard Clerfayt sera bel et bien le bourgmestre en compagnie d’Ecolo.

Ecolo rejoint le MR et le cdH pour diriger Uccle

Le MR, Ecolo et le cdH ont décidé de travailler ensemble à la formation d'une nouvelle majorité communale pour Uccle, ont annoncé dimanche soir les chefs de file respectifs, Boris Dilliès, bourgmestre sortant, Thibaud Wyngaard, et Céline Fremault. Selon ceux-ci, les trois formations vont se réunir et définir un cadre de travail dès la semaine prochaine. Boris Dilliès est pressenti pour se succéder à lui-même au maïorat.

"Comme j'ai souvent eu l'occasion de le préciser durant la campagne, notre commune doit évoluer autour d'un projet basé sur les quartiers, qui maintient et développe la qualité de vie d'Uccle. La sécurité, la mobilité, la protection de notre environnement et la participation doivent être les axes importants de cette nouvelle majorité", a commenté Boris Dilliès, décrit comme "l'actuel et futur bourgmestre", dans une communication commune diffusée via l'agence Belga. Thibaud Wyngaard estime, pour sa part, que les conditions étaient remplies pour qu'Ecolo prenne ses responsabilités et apporte un nouvel élan à Uccle. "Les mesures-clés qu'Ecolo et Groen ont annoncées aux Uccloises et aux Ucclois seront pleinement concrétisées au profit d'une commune plus verte, hospitalière et solidaire, où la mobilité, en particulier la mobilité douce, est prise à bras le corps. Par ailleurs, la participation citoyenne constituera un élément central dans les politiques menées au cours des six années à venir", a-t-il commenté. Selon Céline Frémault, "le cdH se réjouit de poursuivre son travail au sein de la gestion communale, notamment en faveur des familles, des aînés, des liens intergénérationnels et des personnes porteuses de handicap".

Une vague verte déferle sur le reste de la région bruxelloise


À Woluwe-Saint-Pierre, la Liste du Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe, est annoncée en tête, forte de 31,38%, devant la liste Open MR (29,26%), après le dépouillement d'un bon tiers des bureaux (10 bureaux sur 27). Dans cette commune de l'est de la capitale, la plus forte progression est mise à l'actif d'Ecolo-Groen (21%; + 11%). DéFI est annoncé à 12% (13,9% en 2012).

Une large majorité des électeurs de Woluwe-Saint-Lambert n'ont pas fait faux bond au président de DéFI Olivier Maingain dont la liste (LB), a récolté 59,3% (55,7% en 2012) des votes, après dépouillement complet aux élections communales dimanche. Comme ailleurs en Région bruxelloise, Ecolo-Groen progresse, pointant à 16,8%, en progression de 5,9% par rapport à 2012. Les libéraux (MR+) ont récolté 11,1% des voix alors que le cdH perd encore quelques places, de 9,9 à 7,5%.

Le cartel PS-sp.a-cdH, emmené par le bourgmestre Eric Tomas (PS), a perdu plus de 7% aux élections communales à Anderlecht dimanche. Forte de 16 sièges, la liste en a concédé cinq par rapport au scrutin de 2012. Le MR-Open Vld-IC, emmené par Gaëtan Van Goidsenhoven, a aussi perdu du terrain (de 26,1 à 22,5%) et deux sièges (12) sans perdre la deuxième place pour autant. Comme dans de nombreuses communes bruxelloises, ces sièges sont récupérés essentiellement par Ecolo-Groen (15,5%) qui, en en obtenant 8, a en gagné trois par rapport à 2012, et par le PTB qui avec près de 15% prend 7 sièges d'un coup. Islam, le Vlaams Belang et la N-VA perdent chacun leur siège.

La Liste du Bourgmestre d'Evere, emmenée par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, a réalisé un score stable (37,7%) aux élections communales de dimanche. Ecolo (16,8%) devance de justesse le MR (16,4%) et comptera donc un siège de plus. A 12,2%, DéFi est stable également et conservera quatre sièges. La N-VA (4,8%) détiendra un siège aussi. Face à ces résultats, Rudi Vervoort a annoncé en direct sur RTL qu'il poursuivait son alliance avec DéFI. "Nous avons décidé de poursuivre notre chemin avec DéFI pour les six prochaines années, donc nous allons former une majorité".

La Liste du Bourgmestre emmenée par le socialiste Emir Kir a enregistré 47,3% des voix dimanche aux élections communales de Saint-Josse-ten-Noode, améliorant légèrement (+3%) son résultat de 2012. Après dépouillement complet, Ecolo-Groen est désormais solide deuxième à 25,9% contre 18% il y a six ans. Le cdH perd près de 10 points de pour cent et tombe à 7,2%, tout juste devancé par les libéraux (7,75%).

A Auderghem, la liste du bourgmestre Didier Gosuin resterait largement en tête (47%) mais tout en accusant un recul de 16 points. Ecolo serait encore le grand gagnant, avec 23%.

A Etterbeek, la liste du bourgmestre se maintiendrait (43%), et Ecolo prendrait là aussi la 2e place avec une solide progression qui lui permettrait d'atteindre 27%.

A Koekelberg, après dépouillement complet, la Liste du Bourgmestre Philippe Pivin a rassemblé 38,8% (-17,5%) des voix dimanche aux élections communales, perdant sa majorité absolue. Elle devance le PS (30,6%; +2,1%), et Ecolo-Groen 16,7% (en progrès de 3,7% par rapport à 2012). L'Alternative Humaniste recueille 9,5% des voix.

La Liste du Bourgmestre Joël Riguelle est sortie en tête du scrutin communal de dimanche à Berchem-Sainte-Agathe. Elle récolte 26% (30,4% en 2012) et devance l'Open MR (22,6%) ainsi que les socialistes (PS-sp.a+) à 18,2% (+5%), après dépouillement complet des votes. Ecolo-Groen est crédité de 14,7% (+3,6%).

ProGanshoren (28,3%, +5,6%), emmenée par Pierre Kompany (cdH), est arrivée en tête aux élections communales dimanche à Ganshoren, après dépouillement complet des votes. Ensemble-Samen arrive en deuxième position avec 21,3% alors que la Liste du Bourgmestre termine avec 18,1% des voix. A noter, comme dans la plupart des communes bruxelloises, la forte progression d'Ecolo qui passe de 9,1% en 2012 à 16,4% cette année. DéFI est crédité de 9,1% des voix (7% en 2012).


Il n'y a pas eu d'effet N-VA à Bruxelles

Le nombre de conseillers communaux de la N-VA progresse légèrement dans les communes bruxelloises passant de 6 à 7. Malgré leurs efforts de campagne, les nationalistes n'ont pas réalisé, pour autant, de percée dans la capitale.

La N-VA avait mis les moyens qu'il faut pour s'implanter à Bruxelles. Elle a adressé des messages en français pour les électeurs francophones -une pratique inhabituelle pour un parti héritier de la Volksunie- stigmatisant la mauvaise gestion de la capitale. Elle a mis en avant comme parrain de ses candidats deux ses deux figures de proue fédérales, le ministres de l'Intérieur, Jan Jambon et le secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken. Depuis le mois d'août, ce dernier a d'ailleurs multiplié les sorties médiatiques à propos du Parc Maximilien. Plusieurs mandataires bruxellois étaient également les invités réguliers de certains plateaux de télévision. La N-VA présentait des candidats dans onze communes bruxelloises. Dévoilant les têtes de liste au mois d'avril, M. Francken s'était gardé de confier ses espérances de résultats. Il souhaitait que la N-VA "mette un pied" dans la capitale. A l'issue du scrutin de dimanche, il n'y a pas eu d'avancée notable; parfois les nationalistes ont même perdu des voix. A la Ville de Bruxelles, on notera que le conseiller communal et député régional Johan Van den Driessche conserve son siège mais que la liste régresse. A Ganshoren, le député flamand Karl Vanlouwe fait son entrée au conseil communal. A Molenbeek-Saint-Jean, un collaborateur de M. Francken, Laurent Mutabayi entrera au conseil communal. A Schaerbeek et Auderghem, les députées Cieltje Van Achter et Liesbet Dhaene ont en revanche échoué à se faire élire.

Vos commentaires