En ce moment
 

Près de sept communes sur dix connectées à Be-Alert, la Wallonie à la traîne

(Belga) Un an après le lancement de Be-Alert, 403 des 589 communes belges, soit près de 70%, sont connectées à ce système d'alerte, a indiqué lundi le conseiller provincial de Flandre occidentale Kurt Himpe (N-VA), qui a demandé ces chiffres au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). La Wallonie tarde toutefois à s'y inscrire.

Le système est en vigueur dans 86% des communes flamandes, qui peuvent ainsi tenir informés les habitants lors d'une situation d'urgence. Le Limbourg se trouve à la pointe, seule une commune (Herstappe) n'y étant pas encore reliée. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, 12 des 19 communes participent au système d'alerte. "En Wallonie, seule la province du Luxembourg compte beaucoup de villes et communes connectées. Dans trois des cinq provinces wallonnes, aucune commune ne fait encore partie de Be-Alert", souligne M. Himpe. Au Luxembourg, 36 des 44 communes sont ainsi reliées à Be-Alert (82%) alors qu'en province de Liège, seulement un tiers sont inscrites. "Les villes et communes qui s'inscrivent dans le système ont la possibilité d'avertir tous les riverains habitant dans les environs d'un incident par SMS", explique le conseiller provincial flamand. Chaque ville ou commune peut rejoindre le système à tout moment. "Depuis cette année, les sirènes Seveso autour des centrales nucléaires et entreprises qui utilisent des produits chimiques ne sont plus entretenues mais toujours testées chaque trimestre, avec Be-Alert. En 2019, le démantèlement des sirènes débutera. Pour la sécurité des habitants, il est donc primordial que les villes et communes se connectent rapidement au système", prévient encore M. Himpe. (Belga)

Vos commentaires