En ce moment
 
 

Prestation de serment: l'élu Vlaams Belang n'est pas monté au perchoir (vidéo)

Les 150 députés de la Chambre ont prêté serment jeudi. Ils ont à tour de rôle répété: "je jure d'observer la Constitution", que ce soit en français, en néerlandais ou en allemand, et parfois dans les deux, voire trois langues.

Dans la circonscription de Bruxelles, la première langue choisie détermine le rôle linguistique auquel appartiendra le député. Pour la première fois depuis la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde, deux élues flamandes représenteront la capitale. Tinne Van der Straeten (Ecolo) et Maria Vindevoghel (PTB-PvdA) ont prêté serment d'abord en néerlandais. Le groupe linguistique flamand comptera donc 89 députés au lieu de 87 sous la législature précédente. L'élue communiste a créé un petit incident. Issue d'une liste bilingue, Mme Vindevoghel a énoncé une formule mêlant le néerlandais et le français. Rappelée à l'ordre par le président, Patrick Dewael, elle a fini par prêter serment d'abord en néerlandais. M. Dewael a présidé la séance depuis son banc, comme il l'avait annoncé à l'ouverture de la séance. Il a de la sorte évité tout incident lié à la présence du jeune élu d'extrême-droite au perchoir de l'assemblée, Dries Van Langenhove (VB). La Chambre a reporté à la prochaine séance la désignation d'un Bureau et donc d'un président.

LE DIRECT

14h48 - Le groupe CD&V proposera Servais Verherstraeten à la présidence de la Chambre, a-t-on appris jeudi. Deux groupes ont déjà proposé un candidat: Valérie Van Peel pour la N-VA et Tinne Van der Straeten pour les écologistes. Il n'est pas encore sûr que la Chambre se prononce ce jeudi sur la présidence exercée pour le moment par le député le plus ancien, en l'occurrence Patrick Dewael (Open Vld).

14h25 - Avant les prestations de serment, la Chambre doit valider le résultat des élections. Cela va prendre un peu de temps. Six commissions vont se réunir.

14h23 - "Patrick Dewael va présider la séance depuis sa place dans l’hémicycle", annonce notre journaliste. "De ce fait, le Vlaams Belang n’ira pas non plus au perchoir. L’assemblée applaudit sauf le Belang."

14h20 - Quant à Melissa Hanus (PS), c'est le visage de Martin Luther King qu'elle arbore sur son t-shirt.

Melissa

14h15 - "Les écologistes porteront un t-shirt "Choose hope over hate". Les cdH, un pin's de la main "Touche pas à mon pote". Les socialistes le triangle rouge. D’autres députés, notamment des libéraux, portent aussi le triangle rouge", indique notre journaliste Mathieu Col, présent sur place.

Photo de notre journaliste Mathieu Col


 

"Certains partis vont porter des signes distinctifs"

Notre journaliste Antonio Solimando indiquait ce jeudi matin que plusieurs partis voulaient marquer leur désapprobation quant à la présence de Dries Van Langenhove (Vlaams Belang) au perchoir.

"Certains vont porter des signes distinctifs au cdH, au PS ou chez DéFI. Des députés voudront épingler un triangle rouge, symbole de la résistance au racisme. D’autres menaçaient de ne pas prêter serment aujourd’hui pour marquer le coup. Menace évoquée par Zakia Khattabi, la co-présidente d’Ecolo, qui pourrait retarder son entrée en fonction. Mélissa Hanus (PS) avait, elle, décidé de ne pas aller s'asseoir au perchoir. De nombreux partis en appellaient ainsi à réduire au strict minimum le rôle de Dries Van Langenhove dans la séance du jour. Le laisser assis à son siège de député plutôt que de l’appeler à venir s’asseoir aux côtés du président. Et donc l’ignorer, plutôt que de lui donner un rôle en évidence en haut de la tribune", expliquait notre journaliste.

Le règlement permettait ce subterfuge. Une position défendue par DéFI, Ecolo, le MR ou le CD&V. "On ignorait quelle sera l’attitude des autres élus flamands ce jeudi. Par exemple, le président de la Chambre, Patrick Dewael avait refusé tout commentaire hier. Dries Van Langenhove entendait bien aller jouer le rôle prévu et prendre la place qui lui revient. La NV-A, elle, accusait les Francophones de donner l’occasion au Vlaams Belang de se victimiser", avait conclu Antonio Solimando.

Vos commentaires