En ce moment
 
 

Quand l'union fait la force au Palais d'Egmont

 
 

39 ministres se sont réunis au Palais d’Egmont sous la demande d’Yves Leterme : Régions, Communautés et Etat fédéral doivent se mettre d’accord sur les objectifs qui seront défendus par la Belgique devant les pays de l’union européenne.

Une belle image du fédéralisme de coopération se dressait au Palais d’Egmont ce vendredi, alors qu'Yves Leterme en vantait les mérites ces derniers temps, explique Benoît Duthoo pour RTL-TVi. 39 ministres étaient rassemblés pour mieux coordonner les politiques de chacun, afin d’être en accord sur les objectifs qui seront défendus par la Belgique face aux pays européens. " Mettre tout le monde autour de la table et essayer de voir ce qu’on peut faire ensemble est important, a expliqué Rudy Demotte, ministre-président de la Région wallonne. Alors, on dira que les moyens et les choix sont différents, mais les objectifs doivent être parfaitement semblables" , a-t-il conclu. Se mettre d’accord : pas forcément facile Les pays de l’union se réunissent à la fin du mois de mars pour fixer des objectifs à l’horizon 2020 : réduire le chômage et la pauvreté, notamment, ajoute Benoît Duthoo. Dès lors, il faut voir comment on va s’y prendre pour que la Belgique y participe, ce qui ne sera pas forcément aisé, au vu des différentes priorités mises en avant. A Bruxelles, par exemple, on souhaite avant tout, un refinancement de la région bruxelloise. Mais ces divergences ne peuvent menacer l’union qui devra prévaloir début juillet, lorsque la Belgique présidera l’union européenne. Pas de raison : il faut améliorer la situation Selon le Premier ministre, aucune excuse ne prévaut: " Le fait qu’il n’y ait pas encore aujourd’hui une réforme de l’Etat avec un progrès sur les points [cités ci-dessus] , cela ne peut être un alibi, pour ne pas faire (…) tout ce qui est en notre possibilité pour améliorer la situation au niveau socio-économique ", a affirmé Yves Leterme.




 

Vos commentaires