En ce moment
 

Quelque 350 personnes devant le centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel en mémoire d'Adamu

(Belga) Quelque 350 personnes se sont rassemblées dimanche après-midi devant le centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel, près des pistes de l'aéroport de Zaventem, à l'occasion du 20ème anniversaire de la mort de Semira Adamu, jeune Nigériane de 20 ans étouffée par des gendarmes belges lors de sa sixième tentative d'expulsion.

Elles ont exigé la régularisation de tous les sans-papiers, l'arrêt des expulsions et suppression des centres fermés et la condamnation systématiques des violences racistes, patriarcales, policières et d'État. "Depuis la mort de Semira en 1998, la politique d'enfermement et d'expulsion des migrants n'a fait que se renforcer. On ne compte plus le nombre des victimes de la violence et de l'inhumanité croissantes des politiques (anti)migratoires belges et européennes. Le gouvernement criminalise les migrants comme leurs soutiens à des fins électoralistes, promouvant un racisme ordinaire parmi la population à coups de tweets et de communiqués chocs", a indiqué la Coordination Semira Adamu 2018, qui réunit des collectifs, associations et militant et organisait l'évènement. "Les violences psychologiques et physiques sont banalisées et pratiquées sournoisement tout le long du parcours d'enfermement et d'expulsion envers ces personnes qui ne sont pas en mesure de les dénoncer. De plus, l'Etat belge a fait le choix d'un retour en arrière inacceptable en autorisant de nouveau l'enfermement de familles avec enfants construisant pour ce faire des lieux clos à deux pas des pistes d'envol. Trop c'est trop et c'est la raison pour laquelle nous voulons faire entendre notre voix aujourd'hui", a conclu la coordination. (Belga)

Vos commentaires