En ce moment
 
 

Raoul Hedebouw appelle le peuple à manifester en rue: "On fixe un rendez-vous à tout le monde pour exprimer une grande colère"

"Il faut appeler le peuple à venir en rue". C'est ce qu'a déclaré Raoul Hedebouw au micro de Fabrice Grosfilley ce vendredi.

Le PTB/PVDA lance vendredi à l'occasion de sa réception de Nouvel An organisée à Anvers une campagne qui doit se conclure le 1er mars en une "Grosse Colère, une marche pour une autre politique". Le parti d'extrême-gauche veut par le biais d'une manifestation à Bruxelles faire savoir qu'il "s'oppose à la scission du pays" et exprimer son mécontentement à propos des négociations interminables en cours pour former un nouveau gouvernement fédéral. 

Au micro de Fabrice Grosfilley, Raoul Hedebouw a justifié l'initiation d'un tel mouvement. "Il faut appeler le peuple à venir en rue, à aller en action. On appelle clairement à une manifestation, 'La grande colère'. Ce dimanche 1er mars, on fixe un rendez-vous à tout le monde : 13h30 à la gare centrale pour exprimer une grande colère, pour dire que la pension à 1.500 euros nets, on la veut maintenant, le retour à la pension à 65 ans, on la veut maintenant, la TVA de 21 à 6% sur l’électricité, on la veut maintenant. J’appelle les gens à aller en rue", a-t-il martelé.

C’est un scandale anti-démocratique

Le porte-parole du PTB regrette le temps que prennent les négociations pour former un gouvernement fédéral. "C’est trop long. C’est un cinéma qu’on est en train de faire (…) C’est un spectacle incroyable surtout que l’on ne sait toujours pas sur quoi on débat sur le fond", s'est-il exclamé au micro de Fabrice Grosfilley. Il déplore le fait que son parti n'ait pas été appelé à la négociation dans le cadre d'une formation fédérale. "C’est grave. Aujourd’hui, au niveau fédéral, le fait qu’on ne nous a même pas écoutés, c’est fou. On est l’un des gagnants des élections, le PTB n’a même pas été consulté une seule fois. C’est un scandale anti-démocratique. Si on avait été invité, on aurait pu apporter des solutions. Quand j’entends que la N-VA veut faire un hold"up pour diviser le pays, nous on aurait été l’antidote", a-t-il insisté. 

Le PTB veut donc faire passer ce message avec la "Grosse Colère", une manifestation qui débutera le dimanche 1er mars à 13h30 à la Gare Centrale de Bruxelles.

Vos commentaires