En ce moment
 

Réforme des milieux d'accueil: "elle est bonne, pas parfaite mais nécessaire"

(Belga) La ministre francophone de la Petite enfance, Alda Greoli, présentera cette semaine au gouvernement francophone sa réforme des milieux d'accueil. Pour la Ligue des familles, si "c'est une bonne réforme, nécessaire", certaines questions se posent encore, principalement sur le timing serré et le budget léger.

Le plan était connu: d'une part, les associations ont été associées aux réflexions; de l'autre, il était déjà arrivé sur la table du gouvernement en juillet dernier, avant d'être reporté. C'est donc "sans surprise" mais "positive" que la Ligue des familles réagit à cette réforme "pas parfaite mais nécessaire". Pour l'association, il y a urgence. "Les crèches sont au bord de la faillite" et les parents au bord de la crise de nerfs en raison du manque de places, commente la secrétaire politique Delphine Chabbert. Après quatre ans de discussions, la réforme qui sera présentée cette semaine comprend une harmonisation des subventions des milieux d'accueil, une simplification du système (en ne laissant que trois types de milieux d'accueil), une réorganisation de la formation des personnes en charge de la petite enfance ou encore une révision de la participation financière des parents. "Instaurer plus de progressivité, c'est une bonne chose", estime la Ligue des familles, pour qui il "ne faut pas affoler les hauts revenus", les crèches publiques restant toujours moins chères que les privées. Sur le contenu, les feux sont donc au vert. Mais ce qui inquiète l'organisation - et d'autres qui s'étaient déjà manifestées notamment à l'occasion de la Fête de la Communauté française - c'est le maigre budget débloqué et le timing serré. "La ministre Greoli annonce avoir débloqué 6,5 millions pour la réforme, qui en nécessite 150, le gap est énorme", déplore Mme Chabbert. "On attend un geste plus fort. Cette réforme est tout aussi importante que le Pacte d'excellence pour l'enseignement." Et à sept mois des élections de mai 2019, la Ligue attend aussi "une volonté politique". "La procédure législative est longue et on ne peut pas se permettre de reporter cette réforme à la prochaine législature." Elle appelle donc les femmes et hommes politiques à ne pas jouer un jeu d'opposition au détriment de cette réforme. "Elle induit des changements profonds, qui prendront du temps. Il faut la démarrer tout de suite", conclut Delphine Chabbert. (Belga)

Vos commentaires