La commune d'Uccle a adopté une motion contre les visites domiciliaires: qu'en pense Didier Reynders, chef de groupe MR qui y vit?

La motion déposée à l'initiative des groupes Ecolo et PS contre le projet de loi visant à instaurer des visites domiciliaires a été adoptée jeudi soir au conseil communal d'Uccle. Elle est passée avec 20 voix (Ecolo, PS, Défi, cdH et le premier échevin Marc Cools qui a l'intention de présenter une liste concurrente au MR aux prochaines communales), contre 18 abstentions des libéraux.


"On doit accueillir ceux qui demandent l’asile, mais on doit aussi faire respecter l’état de droit"

Une centaine de personnes ont assisté à la séance pour soutenir la motion. Les débats sur le sujet ont été longs. Les différents représentants des partis se sont exprimés pendant environ une heure. Ce vendredi matin, Didier Reynders, chef de groupe MR qui vit à Uccle, était l’invité de Martin Buxant sur Bel RTL. Il a dit ce qu’il pensait de cette motion. "On a laissé le débat se dérouler. On a eu le même clivage dans la commune qu’au parlement fédéral. C’est-à-dire que l’on retrouve PS, cdH , Ecolo, DéFi ensemble à nouveau pour adresser un message au parlement fédéral. Nous ce que nous avons voulu rappeler, c’est que la Belgique doit rester une terre d’accueil, on doit accueillir ceux qui demandent l’asile, mais on doit aussi faire respecter l’état de droit", a-t-il insisté.


"Il faut bien qu’on puisse s’adresser à cette personne directement"

Martin Buxant lui a alors demandé si le projet sur les visites domiciliaires devait être revu. "On est en train de le revoir, de l’adapter, de dire comment on va travailler. Simplement, on doit aussi faire respecter l’état de droit. Si des personnes ne demandent pas l’asile et sont dans l’illégalité, quand on a demandé à plusieurs reprises à quelqu’un de quitter le territoire, il faut bien qu’on puisse s’adresser à cette personne directement", a-t-il fait remarquer.

Vos commentaires