En ce moment
 
 

Après le scandale Publifin, des mandataires politiques voient leurs rémunérations drastiquement baisser chez Ores

 
 

Certaines rémunérations de mandat posent question au sein des conseils d'administration d'Ores, distributeur d'énergie en Région wallonne. A tel point que depuis le scandale Publifin, elles ont été drastiquement réduites.

Bel RTL a mené l'enquête suite au scandale Publifin pour savoir s'il existait d'autres coquilles vides dans les intercommunales. Notre journaliste Frédéric Moray a investigué et s'est intéressé au cas du distributeur d'énergie ORES. Il y a là aussi des mandataires politiques rémunérés à des tarifs qui interpellent.

15.000 € brut par an pour le président, 7.500 € brut par an pour les vice-présidents et des jetons de présence de 160 € pour les administrateurs. Ces montants sont soumis à une obligation de présence aux réunions. Il y en a environ huit par an.

C’est la différence: ces comités de secteur siègent et ont, jusqu'à présent, un véritable pouvoir décisionnel. Il en existe huit, répartis sur l’ensemble de la Wallonie.


"Le citoyen doit se demander si lui il est prêt à aller passer des heures gratuitement"

Au total, 90 administrateurs, mandataires politiques, représentent les 198 communes de l'intercommunale. Leur rôle : servir de relais avec la direction centrale d'Ores. Un lien indispensable selon ces élus. Ces comités proposent notamment les tarifs de la distribution de l'énergie pour leur territoire, ils gèrent les investissements d'infrastructures sur leur secteur, gèrent les éclairages publiques communaux.

"Pendant des années, j'ai effectué des mandats gratuits qui m'ont pris des heures et des heures de travail. C'était très intéressant, mais absolument gratuit. Et là personne ne s'inquiète si quelqu'un peut travailler des heures et des heures sans toucher un centime. Je crois aussi que le citoyen doit avoir confiance et se demander si lui il est prêt à aller passer des heures gratuitement. Il y a quand-même un travail qui est fourni et si on commence comme ça, plus aucun travail ne va être rémunéré. Donc moi je ne trouve pas juste qu'on soit mis dans le même sac que Publifin. C'est une situation tout à fait différente", a réagi Marie-Christine Pironnet (MR), présidente du comité de secteur de ORES Verviers.


Des 15.000 € à... 2.400 €

Malgré tout, ces assemblées sont appelées à disparaître en juin de cette année. Une suppression décidée en 2015 par le Parlement wallon.

En attendant, et depuis le scandale Publifin, les rémunérations de ces mandats ont été revues à la baisse. Elles sont désormais comptabilisées en jetons de présence : entre 150 et 300 € brut par séance.




 

Vos commentaires