Semaine orageuse en perspective au Parlement de Wallonie

(Belga) Le temps risque bien d'être à l'orage, cette semaine au Parlement de Wallonie, après que la majorité régionale MR-cdH eut imposé l'urgence pour l'examen d'un projet de décret-programme comportant quelque 800 pages et plus de 500 articles. Une méthode que continue de dénoncer l'opposition qui y voit avant tout "un mépris du travail parlementaire" et de la mauvaise gouvernance.

"C'est une méthode scandaleuse qui témoigne d'un manque de considération vis-à-vis de l'opposition mais aussi des parlementaires de la majorité qui ne sont considérés que comme des presse-bouton", a répété ce lundi Pierre-Yves Dermagne, le chef de groupe socialiste au Parlement de Wallonie. "La majorité nous impose de travailler en quelques jours - le projet de décret a été déposé mercredi passé, son examen est prévu en commission cette semaine et il devrait être voté en séance plénière du parlement régional le 18 juillet, ndlr - alors que le Conseil d'Etat, qui a rendu un avis assassin sur le texte, n'a pas eu assez de 30 jours pour terminer son analyse. Et les critiques qu'il a émises sont toujours d'actualité puisque le texte n'a pas été retravaillé", a poursuivi M. Dermagne. "Le MR et le cdH, malgré leurs discours, cumulent les actes de mauvaise gouvernance, d'autant que leur projet de décret n'est pas que du toilettage. Il modifie des pans entiers de législation", en faisant notamment marche arrière sur l'incompatibilité familiale prévue dans le décret gouvernance et en détricotant le code wallon du logement, a-t-il ajouté. "Nous n'avons jamais fait d'obstruction ni pratiqué la politique de la chaise vide mais la majorité joue vraiment à l'apprenti sorcier en imposant l'urgence sur base d'un texte bâclé", a résumé le chef de file socialiste, en rappelant par ailleurs que l'ajustement budgétaire régional figure lui aussi au menu de la semaine. "Cet ajustement conforte notre perception du budget initial. Malgré les déclarations matamoresques de la majorité, l'encours augmente de près de 120 millions, le solde net à financer progresse de 26 millions et on voit que les recettes ont été surévaluées. Pour palier ce dernier point, le MR et le cdH font appel à des trucs et ficelles budgétaires, mais on est loin d'une saine gestion", a conclu Pierre-Yves Dermagne. (Belga)

Vos commentaires