Service garanti dans les prisons - La moitié du personnel au poste en Wallonie, 70% en Flandre

(Belga) La moitié du personnel a pris son service dans les prisons wallonnes mardi après-midi, selon l'administration pénitentiaire. En Flandre, quelque 70% des travailleurs étaient à leur poste, alors qu'un mouvement syndical frappait les prisons afin de protester contre le projet de service minimum garanti du gouvernement.

Plusieurs prisons devaient tourner avec moins de la moitié du personnel mardi après-midi: Andenne (38,89%), la section masculine de Forest (41,38%), Leuze-en Hainaut (32,35%), Marche-en-Famenne (45,16%), Saint-Hubert (23,53%) et Tournai (25%). En Flandre, les prisons de Louvain (19%) et Tongres (46%) ont également été particulièrement frappées par le mouvement. Mardi matin, seuls 57% des gardiens de prison se sont présentés dans les prisons francophones, contre un peu plus de 65% en Flandre, selon l'administration pénitentiaire. Vendredi dernier, le gouvernement fédéral a approuvé, en première lecture, un avant-projet de loi du ministre de la Justice Koen Geens qui instaure un service minimum dans les prisons en cas de grève de longue durée et permet de réquisitionner le personnel. Les syndicats, qui dénoncent "une attaque frontale au droit de grève", seront reçus jeudi à 12h30 par le ministre. Ce mardi, de nombreux agents ont laissé leur uniforme au placard. La CGSP-Amio et la CSC avaient annoncé qu'elles couvriraient leurs affiliés en cas de grève dans les prisons, au contraire du SLFP qui juge ces actions prématurées. Le mouvement devrait se poursuivre mercredi, avant une réunion du front commun syndical jeudi pour décider de la suite des actions. (Belga)

Vos commentaires