En ce moment
 
 

Un nouveau nom et une "remontada": les plans de Maxime Prévot pour relancer le cdH (vidéo)

Maxime Prévot a inauguré la 5ème saison de "C’est pas tous les jours dimanche". Le président de parti le plus ambitieux du pays veut tout simplement doubler le nombre des voix obtenues en mai dernier par le cdH, alors que certains estiment plutôt que sa formation politique va disparaître.

Dans les projets de Maxime Prévot, il y a notamment un changement de nom pour le parti.

Mais comment va s'appeler le cdH à l'avenir? "D’abord, l’enjeu principal n’est pas tellement de changer un nom. C’est la réflexion qui devra s’ouvrir au terme d’un processus. On ne va pas improviser une nouvelle terminologie sur un carton de bière, au coin de la table. La volonté est faire une vraie refondation de fond et se poser les bonnes questions", a déclaré Maxime Prévot, le député fédéral et président du cdH.

"On entend de plus en plus les citoyens désenchantés à l’égard des partis politiques. Ils estiment qu’on apporte les mêmes réponses depuis des décennies alors que les enjeux évoluent. Osons quitter le nombril des hommes et des femmes politiques pour se concentrer davantage sur celui des citoyens et aborder leurs problèmes au quotidien", a ajouté le bourgmestre de Namur.

En mai dernier, le cdH a obtenu 11% des voix en Wallonie et 7,6% à Bruxelles. Dans une interview accordée à la La Libre, le président du cdH disait vouloir viser les 20% à l’avenir.

"Est-ce pour remonter la pente que vous avez engagé Alain Raviart, qui était chroniqueur dans cette émission, et qui devient le porte-parole dans votre parti ?", a demandé Christophe Deborsu.

"Effectivement, la volonté est de faire une ‘remontada’. Quand on voit les résultats des dernières élections, qui ne sont pas à la hauteur de nos espérances, notre volonté et notre ambition est de faire en sorte que notre formation puisse peser davantage demain", Maxime Prévot

"Alain Raviart n’est pas élu. Est-ce une manière de dire à vos propres députés et mandataires qu’ils ne sont pas capables de le faire?", s'est interrogé Christophe Deborsu.

"Non, d’ailleurs c’est surprenant que vous preniez ce prisme pour poser la question", a répondu le président du cdH. "On sait qu’on vit à une période dans laquelle la communication prend de plus en plus d’importance, il faut pouvoir réfléchir à comment faire savoir notre savoir-faire. Alain Raviart pourra y contribuer mais il ne sera pas le seul. Il y a aussi nos parlementaires de talent. J’ai aussi l’intention de proposer des délégués nationaux qui vont être en charge de thématiques politiques", a-t-il conclu.

Vos commentaires