En ce moment
 

Un Wallon sur 20 envoie régulièrement des SMS au volant: "Dans les faits, ils sont sans doute plus nombreux"

Une action de sensibilisation a été menée devant le palais provincial de Liège. Pour qu’elle soit la plus parlante possible, un accident y a même été reconstitué. Reportage de Julien Modave et David Muller.

Un accident impliquant une voiture et une moto a été mis en scène mardi matin sur la place Saint-Lambert à Liège, avec intervention des secours, afin de sensibiliser la population aux dangers de la distraction au volant liée, notamment, à l'usage d'un téléphone portable. 

Elodie Lefort, collaboratrice de la fédération des motards, a joué son personnage de conductrice au volant dans la reconstitution. "J’avais un coup de fil urgent à donner, j’ai tourné puis j’ai entendu un gros boum et, voilà, il y avait un motard par terre", imagine-t-elle. Dans la réalité, Elodie confie regarder ses messages "parfois au feu rouge", mais assure "vraiment éviter" de téléphoner au volant.

Les partenariats vont être amplifiés afin de mener diverses actions dans les écoles, a précisé mardi Hervé Jamar, gouverneur de la province de Liège en charge de la sécurité routière et de la prévention.


"La distraction, l'une des causes les plus évidentes d'accidents"

Selon une récente enquête de l'Agence wallonne pour la sécurité routière auprès de 1.000 conducteurs wallons, un Wallon sur 20 envoie régulièrement des SMS au volant et il est déjà arrivé à un sur deux de consulter son GSM en conduisant après avoir reçu un message, une notification ou un appel.

Selon l'étude, un conducteur sur 10 le fait même régulièrement. "Dans les faits, ils sont sans doute plus nombreux. Un conducteur sur trois a d'ailleurs admis s'être déjà fait au moins une frayeur en manipulant son GSM au volant. La distraction, notamment liée à l'utilisation d'un téléphone portable, est l'une des causes les plus évidentes d'accidents relativement graves", souligne Hervé Jamar.

Ce sont les services du gouverneur qui ont mis en place cette action avec l'ASBL Fedemot, en collaboration avec la police et les pompiers de Liège, la centrale d'appels d'urgence 112 et le CHR de la Citadelle. Cette reconstitution a été filmée afin de réaliser une vidéo de sensibilisation.


La police a désormais les moyens de vérifier votre téléphonie en cas d’accident

"On va pouvoir relever s’il y a eu des appels entrants ou sortants au moment de l’accident de manière à déterminer les causes", explique Philippe Lambert, inspecteur principal de la police de Liège.

Il existe aujourd’hui des applications qui détectent que vous êtes dans une voiture et envoient automatiquement un message à celui qui tente de vous joindre: "Je ne peux pas répondre, je conduis !"

À 110 euros l’amende, c’est peut-être le moment d’y penser.

Vos commentaires