En ce moment
 

Une application pour suivre les possibilités d'interruption de carrière

Une application pour suivre les possibilités d'interruption de carrière
 

(Belga) L'Office national de l'emploi (Onem) a développé une application permettant au travailleur d'avoir un aperçu personnalisé des possibilités d'interruption de carrière. L'outil, sur lequel l'Onem travaille depuis 2016, a été présenté mercredi à la presse.

"Break@Work" concerne aussi bien l'interruption de carrière dans le secteur public, le crédit-temps dans le secteur privé et les congés thématiques pour les deux secteurs (congé parental, assistance médicale ou soins palliatifs). L'Onem justifie le lancement de cette application par le succès rencontré par les différentes formes d'interruption de carrière et la complexité croissante de la réglementation. "Désormais, le travailleur ne devra plus éplucher d'interminables textes. Il recevra une réponse claire en quelques clics. Il s'agit d'un pas supplémentaire vers une administration publique moderne, conviviale et accessible qui simplifie la vie des citoyens", a commenté le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, qui assistait mercredi à une démonstration de l'application au siège de l'Onem à Bruxelles. Actuellement en Belgique, plus de 400.000 personnes font appel à l'une des différentes formes d'interruption de carrière. L'an dernier, un travailleur sur dix a bénéficié d'un tel congé. Le système est plus prisé en Flandre, où 12,4% des travailleurs le sollicitent, qu'en Wallonie (7,9%) ou à Bruxelles (6%). Cette différence peut probablement s'expliquer par des raisons culturelles et financières, les revenus étant en moyenne plus élevés en Flandre, selon les responsables de l'Onem. La pause carrière est toujours plus populaire auprès de la gent féminine (deux tiers en 2017), mais les hommes sont de plus en plus nombreux à en solliciter ces derniers temps. Fin du 20e siècle, 15% des interruptions de carrière étaient octroyées à des hommes pour un tiers l'an dernier. "Ce sujet n'est plus un tabou aujourd'hui pour les hommes", a relevé Kris Peeters. (Belga)

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos