Une étude à Liège pour sécuriser les passages pour piétons

(Belga) Afin de renforcer la sécurité des piétons face aux comportements de chauffards, le bourgmestre de Liège a sollicité un état des lieux auprès des services de police et des travaux, a annoncé lundi Willy Demeyer, en réponse à l'interpellation de Guy Krettels, conseiller communal Ecolo. Celui-ci relayait les craintes de riverains du boulevard Jean-Théodore Radoux (quartier Naniot) en matière de vitesse.

Le bourgmestre de Liège a ainsi répondu qu'il s'agira "de réenvisager la sécurisation des piétons sur le boulevard Radoux et plus généralement dans le quartier Naniot fortement touché par la circulation de transit". La semaine dernière, les conseillers communaux Ecolo relevaient que Liège est la troisième ville belge la plus embouteillée et qu'il conviendrait de mettre en oeuvre des équipements sécurisés pour les usagers faibles, tant piétons que cyclistes, de manière à réduire la congestion automobile. Ils estiment, en effet, que les cyclistes seraient plus nombreux à se déplacer en ville si des aménagements les y incitaient. "Le vélo électrique représente 45% des ventes de nouveaux vélos. Mais le vol constitue un frein majeur. Nous demandons donc l'installation de box sécurisés dans différents quartiers, là où des demandes émanent d'habitants, comme au Laveu", soulignait la semaine dernière Sarah Schlitz. L'échevin de la Mobilité, Michel Firket, a brièvement répondu qu'une somme de 100.000 euros a été inscrite au budget 2018, sans apporter de précisions quant aux lieux envisagés et délais de réalisation. Les écologistes liégeois ont également pointé le fait que le trafic routier génère 50% des polluants atmosphériques en ville et que ceux-ci représentent un danger pour les enfants. "Selon Greenpeace, la concentration de polluants est trop élevée dans les rues qui avoisinent les écoles et cours de récréation. Pour améliorer la qualité de l'air, on pourrait créer des rues scolaires, soit en les piétonnisant, soit en mettant en place un dispositif amovible aux heures d'école", avait proposé Caroline Saal, chef de groupe Ecolo à Liège. Ce à quoi le bourgmestre de Liège a répondu qu'il n'y était pas opposé mais que cela devait faire l'objet d'une étude quant aux impacts de telles initiatives sur la mobilité sachant que Liège compte, selon lui, la plus grande concentration scolaire de Wallonie. (Belga)

Vos commentaires