En ce moment
 

Unia a ouvert plus de dossiers pour discrimination en matière d'emploi en 2017

(Belga) Unia, le centre interfédéral de lutte contre la discrimination, a ouvert l'an dernier 2.017 dossiers pour discrimination potentielle, soit 6% de plus qu'en 2016, annonce jeudi Unia qui dévoile ses premiers chiffres pour l'année 2017. Les dossiers concernant une discrimination au travail représentent un tiers de l'ensemble des plaintes (28,4% ou 572 dossiers). Par rapport à 2016, Unia constate une hausse de 13,5% des plaintes liées à une discrimination en matière d'emploi.

Les plaintes pour discrimination à l'emploi sont liées à l'appartenance ethnique (27,2%), au handicap (20,7%), à l'âge (15,7%) ou encore aux convictions religieuses ou philosophiques et l'état de santé (11,9% tous deux). "L'emploi reste le premier secteur pour lequel Unia est sollicité dans le cadre de dossiers individuels de discrimination" souligne Patrick Charlier, directeur d'Unia. "Même si ces chiffres ne représentent que nos activités, on perçoit très clairement que les tensions qui existent dans notre société ont tendance à se cristalliser au travail ou dans l'accès à l'emploi. Le message envoyé est inquiétant: pour le dire clairement, vous aurez plus de chance de trouver un emploi de qualité et de le garder si vous êtes blanc, dans la bonne tranche d'âge (25-45 ans), en bonne santé et même avec les bonnes origines sociales. Quand on ne rentre pas dans ce profil, on doit faire davantage ses preuves tout en étant plus exposé aux discriminations", regrette Patrick Charlier. Par ailleurs, Unia note l'année passée une augmentation assez significative des dossiers liés à l'état de santé. "Ce critère se hisse à la 4e place du podium au même niveau que les convictions religieuses. Cela veut également dire quelque chose. Nous recevons de plus en plus de signalement pour des attitudes hostiles, vexatoires, voire des licenciements suite à des demandes légitimes d'aménagements raisonnables ou des périodes d'absences pour cause de maladie", pointe Patrick Charlier. (Belga)

Vos commentaires