Vandeput énervé après s'être vu reprocher une utilisation abusive des escortes policières

(Belga) Le ministre de la Défense Steven Vandeput a été piqué au vif vendredi après que la presse a indiqué qu'il recourait à l'utilisation d'escortes de la police militaire jusqu'à trois fois par semaine, une situation dont s'offusquent de nombreux navetteurs pris dans les embouteillages sur l'autoroute vers Bruxelles en provenance du Limbourg. "Je plaide coupable d'avoir des obligations protocolaires en ma qualité de ministre", a réagi le ministre N-VA sur Facebook. Il précise n'avoir utilisé les services d'une escorte de la police militaire qu'au maximum 12 fois cette année.

Les journaux de Sudpresse, Het Nieuwsblad et Het Belang Van Limburg ont épinglé le ministre, le seul habilité à s'offrir les services d'une escorte militaire pour ses déplacements. Les autres ministres doivent se contenter de motards de la police de la route, auxquels ils recourent rarement. "Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa. Je plaide coupable d'avoir des obligations protocolaires en ma qualité de ministre", a réagi vendredi Steven Vandeput. Le ministre précise n'avoir eu recours que 12 fois au maximum depuis le début de l'année au service d'une escorte de la police militaire sur l'autoroute E314 ou E40, "dont deux fois un samedi". M. Vandeput dénonce l'esprit acariâtre qui anime selon lui les auteurs des articles de presse du jour, suspectant "les rédactions de Het Belang Van Limburg et de Het Nieuwsblad d'avoir mangé trop de citrons". Selon la porte-parole du ministre, ce dernier a fait usage de l'escorte de la police militaire à 49 reprises en 2017. "Le ministre comprend l'exaspération des navetteurs. Mais vu son agenda chargé et serré, on ne peut pas y faire grand chose", a-t-elle indiqué dans la presse. (Belga)

Vos commentaires