Visite de MM. Michel et De Croo au Sénégal: Un an après "She decides", la lutte pour les droits sexuels des femmes se poursuit

Visite de MM. Michel et De Croo au Sénégal: Un an après
AFFETR

(Belga) Le ministre belge de la Coopération au développement, Alexander De Croo, en mission de trois jours au Sénégal avec le Premier ministre Charles Michel, s'est entretenu vendredi autour d'un petit-déjeuner avec une dizaine de représentants d'associations sénégalaises actives dans la promotion des droits des femmes à disposer de leur propre corps et à décider avec qui et quand elles veulent avoir des enfants.

Cette rencontre s'inscrivait dans le cadre de la campagne "She decides", lancée il y a tout juste un an à l'initiative des Pays-Bas et de la Belgique, notamment, en réponse à la décision de Washington d'interdire d'allouer des fonds aux ONG étrangères soutenant l'avortement, les moyens de contraception et le planning familial. Le manque à gagner était estimé à 600 millions d'euros. Au Sénégal, de nombreuses associations luttent au quotidien contre les mariages et grossesses précoces, les violences faites aux femmes et les maltraitantes infantiles, largement répandues au sein des populations défavorisées. Parmi ces associations, la Fondation Sénégal Santé Mobile lève des fonds pour fournir des serviettes hygiéniques aux jeunes filles et s'emploie à les sensibiliser aux grossesses précoces. "Les filles sont encore trop nombreuses à rater les cours parce qu'elles sont réglées. Il existe un véritable tabou autour de la question", explique la coordinatrice nationale de l'association, Fatou Bintou Thiam. Egalement active sur le terrain, la "Maison rose" accueille les femmes victimes de violences sexuelles et les aide à se reconstruire. "En 2017, nous avons reçu 84 pensionnaires, dont de nombreuses mineures d'âge que nous avons extraites des milieux de la prostitution", affirme la secrétaire générale, Sandrine Lemare, selon qui la structure est la seule de ce type à l'échelle du territoire national. "Nous avons besoin de structures d'accueil et d'équipes formées qui doivent être rémunérées, c'est pourquoi il est très difficile d'en ouvrir d'autres", poursuit-elle. Plusieurs défis résident également dans l'intensification de la lutte contre les mutilations génitales féminines et l'application rigoureuse des conventions qui protègent les femmes. A l'issue de la rencontre, M. De Croo a exprimé son souhait de poursuivre le travail entamé. "Ces discussions me donnent beaucoup d'espoir, car je sens la volonté parmi tous les acteurs présents de prendre les choses en main et de les faire avancer", a-t-il déclaré. En un an, quelque 450 millions d'euros ont été récoltés pour la campagne She Decides. La Belgique y a contribué à hauteur de 16,5 millions. (Belga)

Vos commentaires