En ce moment
 
 

Voici le nouveau président de l'Open VLD, le parti libéral flamand

Le chef de groupe de l'Open Vld à la Chambre, Egbert Lachaert, a été élu dès le premier tour par une large majorité des militants à la présidence du parti libéral flamand. Il succède pour un mandat de cinq ans à Gwendolyn Rutten, qu'il avait déjà affrontée en 2012, a indiqué vendredi la direction du parti.

M. Lachaert, 42 ans, a obtenu 9.784 voix de membres du parti, soit 61,03% des suffrages exprimés. Son principal rival, l'ancien secrétaire d'Etat fédéral, ministre flamand et actuel bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein, a recueilli un peu moins de 4.800 voix (29,74%). Au total, 16.128 membres du parti ont exprimé un vote valable. Ils avaient jusqu'à ce vendredi midi pour le faire.

L'élection à la présidence de l'Open Vld, interrompue en mars à la suite de la crise du coronavirus, avait repris lundi. Les votes ont eu lieu par voie électronique ou par téléphone. Quatre candidats, Egbert Lachaert, Bart Tommelein, Els Ampe et Stefaan Nuytten, s'affrontaient pour succéder à Mme Rutten à la tête des libéraux flamands. Les deux derniers candidats ont obtenu respectivement 1.172 voix (7,31%) pour Mme Ampe et 307 voix (1,92%) pour M. Nuytten, selon les résultats complets publiés par le parti.

Dans une première réaction, M. Lachaert a déclaré qu'il souhaitait donner des "accents plus forts" au message libéral, tout en souhaitant également travailler en vue de faire de l'Open Vld, un "large parti libéral".

Un congrès du parti devrait se tenir à l'automne pour affiner la structure et le contenu du programme. M. Tommelein, qui faisait figure de large favori, a admis sa défaite. "Les membres ont décidé. La démocratie s'est exprimée de manière claire", a-t-il déclaré en espérant que le parti prenne la voie d'un "large libéralisme populaire". Mme Rutten, qui est bourgmestre d'Aarschot (Brabant flamand) et siège au parlement flamand, aura assuré deux mandats à la tête de l'Open Vld, soit plus de sept ans. Elle avait été élue à cette fonction en décembre 2012.

 

Vos commentaires