En ce moment
 
 

Voici pourquoi la Belgique "se ridiculise" au sommet du climat COP 21

  • COP21: éclairage sur le travail déjà réalisé par la délégation belge

  • Les ONG critiquent durement le prolongement de Doel 1 et 2

  • Les réacteurs nucléaires de Doel 1 et Doel 2 fonctionneront jusqu

  • Réactions de Paul Furlan et de Patrick Dupriez sur le prolongement de Doel 1 et 2

 
 
 

L'absence d'accord sur la répartition de l'effort climatique entre les différentes entités du pays porte "gravement atteinte à la crédibilité" de la Belgique, a estimé mardi le président du PS Elio Di Rupo.

Pour la deuxième fois en quelques jours, le gouvernement flamand du ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) a repoussé lundi soir une proposition d'accord. "En prenant ainsi en otage toute la politique climatique belge, la N-VA porte atteinte à l'image de notre pays et à l'avenir des générations futures. Une telle attitude porte un préjudice grave à la crédibilité de la Belgique et de notre Premier ministre", a dénoncé son prédécesseur.

"Bruxelles et la Wallonie ne sont pas des paillaissons"

Pour le PS, il faut continuer les efforts pour obtenir un accord. "Cela dit, la Wallonie et Bruxelles ne sont pas des paillassons: il n'est acceptable de poursuivre les négociations que si la Flandre se montre véritablement disposée, elle aussi, à faire des efforts pour le climat", a commenté M. Di Rupo.


Pour Ecolo, c'est un "gouvernement sans capitaine"

De son côté, Ecolo a également dénoncé mardi "l'impuissance" du Premier ministre Charles Michel. "Entre Electrabel qui dicte notre politique énergétique et la NVA qui bloque toutes les négociations intra-belges", Ecolo s'interroge aujourd'hui sur la "légitimité de ce gouvernement et la capacité de son Premier Ministre à assumer sa responsabilité au service de l'intérêt général". Les Verts ont dénoncé mardi l'accord conclu avec Electrabel sur la prolongation de Doel 1 et Doel 2 et l'abaissement de la fiscalité nucléaire. Ecolo évoque un "gouvernement sans capitaine", un gouvernement "devenu toxique".


Un "délit de fuite nationaliste"

Pour le cdH, après le nouveau refus du gouvernement flamand, "aucun mot n'est assez juste pour décrire l'incommensurable préjudice qu'un tel délit de fuite nationaliste cause au pays et à la planète". Par ailleurs, "MR et N-VA se trompent de siècle" en ajoutant à cela la prolongation de deux réacteurs nucléaires pour dix ans. "Belgique-planète: 2-0", a conclu le parti.




 

Vos commentaires