En ce moment
 
 

Bernard Wesphael réagit à l'affaire du mystérieux clin d'oeil adressé à l'avocat général: "C'est lamentable (...) Il voulait ma peau"

  • Wesphael réagit à l

  • Bernard Wesphael réagit aux personnes qui critiquent son retour en politique

 

Bernard Wesphael vient de créer une nouvelle formation politique : le Mouvement Démocrate Citoyen. Il se présentera aux élections 2018 et 2019 dans la commune d’Awans, en région liégeoise, et sera rejoint par quelques ECOLO. Ce dimanche, il était face aux chroniqueurs pour nous expliquer ses projets et son programme. Il a répondu aussi à ses détracteurs qui pensent qu’il n’aurait pas dû revenir en politique, ou du moins, pas si vite. Le présentateur de ce débat dominical Christophe Deborsu est également revenu sur l'affaire du mystérieux clin d'oeil adressé selon un livre à l'avocat général juste avant le prononcé de l'acquittement.

Ce dimanche, dans l'émission dominicale, C'est pas tous les jours dimanche, Christophe Deborsu revenait sur la dernière polémique qui ébranle l'affaire judiciaire de Bernard Wesphael. Celle du mystérieux clin d'oeil qui a été aperçu juste avant son acquittement à Mons il y a un an et demi, des faits relayés par SudPresse et par un livre qui va bientôt sortir.

Quelques instants avant le verdict, Bernard Wesphael aurait adressé un clin d'oeil à l'avocat général, autrement dit au représentant du ministère public devant la Cour d'Assises. "Dans le livre à venir qui parle de l'affaire et que cite SudPresse, on pourrait dire que l'avocat général et vous étiez de mèche", s'enquiert Christophe Deborsu.

Et Bernard Wesphael de répondre à cette polémique: "C'est tout-à-fait risible et honnêtement pathétique parce que l'avocat général durant la Cour d'Assises, qu'est-ce qu'il a essayé de faire? Disons-le platement, d'avoir ma peau du début à la fin. Il dit lui-même d'ailleurs quand il a été interrogé sur cette question: "M'enfin qu'est ce que c'est cette histoire, moi j'étais occupé éventuellement, si monsieur Wesphael était condamné à l'arrêter sur le champ."

Mais ce clin d'oeil à qui était-il adressé alors?

Bernard Wesphael se souvient de la scène et évoque son état d'esprit à ce moment-là: "Il y avait quelques caméramen, j'ai quand même quelques amis dans la presse depuis quelques dizaines à qui je fais un clin d'oeil. Et quand je suis arrivé, j'ai ouvert les bras dans l'attente de ce qu'il va se passer. C'était un "inchallah". Donc imaginez que je peux faire un clin d'oeil à l'avocat général qui vient de faire un réquisitoire épouvantable contre moi, c'est du plus haut comique et c'est lamentable".


Alain Raviart, présent sur le plateau, tient à contextualiser dans quelle finalité s'inscrit la publication de ce futur bouquin: "Cette future parution sous-entend qu'il y a un complot maçonnique derrière, à savoir que le procureur est franc-maçon."

Vos commentaires