"C’est la chanson de la Coupe du monde": les réponses mignonnes de ces élèves qui apprennent la Brabançonne en classe

Pour encourager nos Diables, quoi de mieux que l'hymne national, entonné avec ardeur ? A Falisolle, l'école Saint-Rémy a en tout cas décidé d'apprendre la Brabançonne aux élèves. Quentin Ceuppens et Benjamin Van Kelst se sont rendus sur place pour le RTL INFO 13H.

Dans cette classe de primaire aux couleurs du drapeau, les enfants apprennent, la main sur le cœur, l’hymne national. Composé en l’honneur de notre pays… ou pour les Diables Rouges. Certains n’y voient d’ailleurs aucune différence. "C’est la chanson de la Coupe du monde", explique spontanément un petit garçon. Quand on lui demande s’il est sûr, si ce n’est pas plutôt la chanson de la Belgique, il remet sa réponse en question. "Je pense que ça fait partie des valeurs de notre pays, c’est la culture, c’est important, chaque enfant doit le connaître", estime Virginie Floreainck, institutrice à l’école Saint-Rémy de Falisolle.

Sur le fond, la Brabançonne, c’est aussi une question de respect et de fierté. "C’est pour que les gens connaissent l’histoire de la Belgique", répond une élève. "Ça parle du Roi, et de la loi". "Nos ancêtres se sont battus pour la liberté, et maintenant on a des lois à respecter", retient un élève.

De trois à douze ans, les enfants ont tous appris l’hymne national, également en langue des signes, pour que tout le monde puisse participer. "Nous avons des intégrations de malentendants dans notre classe, donc nous avons des personnes polyvalentes qui parlent le langage des signes dans nos classes. Comme nous travaillons en inclusion et tous ensemble, on ne peut pas ne pas faire au moins le refrain en langage des signes", explique Natacha Haulet, directrice de l’école Saint-Rémy.

Vos commentaires