En ce moment
 
 

"Ce n'est plus une obligation", "Évitez autant que possible les contacts rapprochés": qu'en est-il de la bulle de 5 ?

 
 

La bulle de 5 avait fait son temps, tous les acteurs politiques et scientifiques l'ont répété ces derniers jours. Mais à l'issue du Conseil National de Sécurité de ce mercredi, la situation n'est pas tout à fait claire.

La bulle existe toujours, mais elle n'est plus obligatoire, Sophie Wilmès l'a dit. Il reste cependant "fondamental de la respecter" pour éviter de devoir en revenir à des mesures plus strictes, mais vous n'êtes donc plus techniquement obligé. Vous suivez toujours ?

Voici ce que la Première Ministre a dit en ouverture du CNS:

"Les contacts sociaux sont un sujet très sensible au sein de la population", reconnaissait Sophie Wilmès, Première Ministre, lors de la conférence de presse suivant le Conseil National de Sécurité, ce mercredi après-midi.

"Dans votre vie quotidienne, vous pouvez voir toutes les personnes que vous souhaitez. Mais il y a des conditions: garder ses distances à tous moments, et quand ça n'est pas possible, il faut porter un masque. Et dans tous les cas, vous ne pouvez pas vous voir à plus de 10 personnes, enfants non compris, au même endroit, au même moment. Cette règle persiste".

Sophie Wilmès fait ensuite référence à la bulle de 5 que l'on connait, et annonce des changements sans être très claire. "Nous sommes conscients qu'éviter tout contact rapproché avec tout le monde, à tout moment, ça n'est pas si simple. Mais c'est quoi, un contact rapproché ? C'est être proche physiquement d'une personne qui ne fait partie de votre foyer pendant plus de 15 minutes sans respect de la distance de 1,5 mètre et sans masque".

Ces contacts rapprochés "ne sont pas interdits, mais ils doivent être le plus limités possibles". Et "forcément, plus la situation épidémiologique va évoluer défavorablement, plus il faudra se restreindre en matière de contacts".

Cependant, "limiter le concept de contact rapproché est difficile à quantifier d'un individu à l'autre et chacun pourrait avoir sa propre perception. C'est pourquoi les experts proposent un point de référence qui varie entre 1 et 5 en fonction de la situation sanitaire".

Important: "Pour l'instant, les experts conseillent à chacun de ne pas avoir de contacts rapprochés avec plus de 5 personnes hors foyer, par mois. Ce sont donc des personnes que l'on peut enlacer, avec qui vous pouvez manger et boire un verre, sans respecter les distances de sécurité. Il s'agit bien d'un choix individuel: chacun choisit 5 personnes pour un mois. Et puisque ce n'est plus une obligation, cela induit qu'il faut faire ce choix en âme et conscience. Mais nous n'insisterons jamais assez sur le fait qu'il est fondamental de respecter cette ligne de conduite. Si chacun participe à l'effort, même de manière adaptée, nous pourrons continuer à mener nos vies sociales en maximisant nos chances de rester en bonne santé, et aussi d'éviter de devoir reprendre des mesures drastiques".

En résumé: la bulle de 5 demeure, sera variable mais plus obligatoire

Bon, on va essayer de conclure. "Voyez qui vous voulez en respectant les distances de sécurité ou en portant un masque, et évitez autant que possible les contacts rapprochés", pourrait nous aider à le faire. 

A la réponse d'un journaliste, Sophie Wilmès confirme: "Ce n'est pas une obligation: nous vous demandons de respecter la règle, mais ça ne peut pas être coercitif, ça ne peut pas être coulé dans un arrêté ministériel, c'est incontrôlable". 

Donc la bulle de 5 n'a pas disparu, elle demeure. Mais d'une obligation formelle, elle devient plutôt "fortement conseillée".

De plus, Sophie Wilmès a déclaré que la bulle conseillée sera variable, c'est-à-dire que selon la situation épidémiologique, le nombre de personnes que vous devriez voir va changer. 




 

Vos commentaires