En ce moment
 
 

"Ce que certains ont fait hier ne va pas nous aider": après le rassemblement au Bois de la Cambre, Yves Van Laethem met en garde

© Image Belga
 
CORONAVIRUS
 

Lors de la conférence de presse du centre de crise, le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem a insisté sur l'importance de respecter les mesures sanitaires en vigueur. Le virologue a notamment déploré la tenue de rassemblements au Bois de la Cambre ce jeudi en dépit des mesures sanitaires. La police locale estime qu'il y avait entre 1.500 et 2.000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l'après-midi.

"Ce que nous faisons aujourd'hui aura un impact sur les hospitalisations, sur la pression en soins intensifs d'ici 2 à 3 semaines. Ce que nous faisons aujourd'hui déterminera aussi les perspectives que nous aurons pour les écoles, pour l'enseignement supérieur et pour les assouplissements que tous espèrent voir se produire au début du mois de mai. Ce que certains ont fait hier ne va pas nous aider à obtenir cet objectif", a-t-il expliqué. 

Le pic provisoire de cette troisième vague semble se situer le lundi 22 mars, où nous avons atteint un taux de 6279 infections par jour. Le nombre de contaminations et  hospitalisations continue d'augmenter. 

Quelque 790 patients atteints du coronavirus se trouvaient aux soins intensifs jeudi, selon les données provisoires publiées vendredi matin par l'Institut de santé publique Sciensano. Après plusieurs jours consécutifs de progression, le nombre moyen de décès quotidiens est, lui, reparti très légèrement à la baisse. Entre le 23 et le 29 mars, il y en a ainsi eu 26,7, en recul de 2,1% par rapport à la semaine précédente. Le taux de positivité progresse très légèrement, passant de 7,7 à 7,8.

Lors de la conférence de presse, le porte-parole Yves Van Laetem insiste sur le respect des mesures de base. "Limitons nos contacts, laissons le vaccin progresser et gardons un œil sur notre santé et sur le rôle que nous avons pour la santé des autres, ainsi que par respect pour le travail fait dans les hôpitaux depuis des mois", a-t-il déclaré.

 




 

Vos commentaires