En ce moment
 
 

"Je devrai payer des taxes, alors que je suis étudiant": Deliveroo oblige ses coursiers à devenir indépendants

Un livreur de Deliveroo témoignait en exclusivité dans le RTL Info 13h. Depuis des mois, les coursiers manifestent leur mécontentement. Leurs conditions de travail sont considérablement dégradées, notamment à cause de leur changement de statut. Aujourd’hui, ils doivent obligatoirement être indépendants.

Les coursiers prennent parfois de gros risques. "J’en ai déjà vu le faire et je l’ai déjà fait, j’ai brûlé des feux rouges, témoigne Alexandre, coursier. Parce qu’on n’a pas le temps." Alexandre est coursier Deliveroo depuis 16 mois. Au début, il était payé 11 euros de l’heure, plus deux euros par commande, avec un contrat salarié. Mais aujourd’hui, il est payé au kilomètre, sous un statut d’indépendant. "Ils nous ont mis indépendants. Du coup, il faut qu’on paie des taxes. Par exemple, en fin d’année, je devrai payer des taxes, alors que je suis étudiant. Je ne trouve pas cela très juste."


Mouvements de grève

En janvier dernier, Deliveroo entame sa mue. Tous les coursiers doivent devenir indépendants. Ceux-ci réagissent. Plusieurs mouvements de grève s’organisent. La relation entre l’entreprise et ses prestataires se dégradent. "J’ai été licencié. Enfin, licencié n’est pas le bon terme. J’ai été déconnecté de la plateforme, explique Douglas Sepulchre, porte-parole des coursiers. On m’a juste envoyé une notification pour me dire que je ne pouvais plus travailler pour Deliveroo."

Deliveroo s’est défendu. Elle promettait aux coursiers d’être mieux payés sous ce statut. Mais aujourd’hui, Alexandre constate que ses fins de mois sont toujours plus compliquées. "Je n’habite plus chez mes parents. Du coup, payer un loyer et les factures, c’est un peu difficile. Je gagne parfois 900 ou 1200 euros par mois." Avant, Akexandre gagnait jusqu’à 2.000 euros par mois grâce à des bonus de pénibilité. Le statut des coursiers est dénoncé par le SPF Sécurité Sociale. Selon lui, les coursiers effectuent bien un travail de salarié.

Vos commentaires