En ce moment
 
 

"Je ne me suis jamais affiché dans mon club": pour ces joueurs, le milieu du football reste un milieu homophobe

©Pixabay
 
 

RTL INFO s'est rendu dans un club de sport qui a pour but de permettre aux sportifs LGBTQ+ de s'épanouir sans être discriminés, pour savoir s'il était toujours compliqué d'évoluer dans le milieu en tant que personne homosexuelle.

La polémique a fait réagir ces derniers jours. L'UEFA a refusé la proposition de Munich, qui voulait illuminer son stade aux couleurs arc-en-ciel, symboliques de la communauté LGBTQ+, pour le match d'hier soir, Allemagne-Hongrie. Ce refus a suscité de nombreuses réactions. Mercredi, Thomas Meunier, en conférence de presse, conseillait aux jeunes footballeurs homosexuels de ne pas faire leur coming out... Le football reste-t-il un milieu homophobe ? 

Les propos restent assez agressifs et souvent homophobes

Anthony Desneux, responsable de l'asbl Liège Gay Sports, répond sans détour : "Je ne pense pas qu'un joueur puisse être homo et joueur de foot". Pour lui, l'homosexualité reste encore un tabou dans le football. "Ça reste un sport fort macho. Les propos restent assez agressifs et souvent homophobes. J'ai déjà eu des retours et je pense à une personne qui n'ose pas faire son coming out, il a extrêmement peur du regard, qu'on ne le considère plus comme un joueur de foot, mais avant tout comme un homo".

"Je ne me suis jamais affiché dans mon club"

Très peu de joueurs font d'ailleurs leur coming out. Cristiano Ferri est joueur de foot depuis qu'il a 8 ans. Si aujourd'hui, il a rejoint le club en salle du Brussels Gay Sports, il a longtemps évolué dans un club amateur classique. "Moi, je ne me suis jamais affiché dans mon club pour la pure et simple raison que ce ne sont pas tous des amis. Le coming out, c'est un geste politique. Quand on veut jouer au foot, on a envie de jouer au foot, donc moi je n'en veux pas aux grands noms qui sont homosexuels et qui ne le disent pas, parce que je sais que c'est compliqué, qu'avec les réseaux sociaux, ça peut virer à la catastrophe".

Associer homophobie et football ? Ça ne se justifie plus, pour la Pro League

La Pro League s'est engagée à lutter contre l'homophobie. Elle organise par exemple des matchs avec des drapeaux de corner aux couleurs de l'arc-en-ciel. "Nous avons organisé une action durant deux week-ends contre toute forme d'homophobie, avec l'intervention des capitaines, la diffusion d'un reportage avec des joueurs et des joueuses de nos clubs qui rejetaient toute forme d'homophobie", détaille Pierre François, le directeur général de la Pro League. Il estime que les conditions pour faire son coming out sont "réunies": "Il y aura toujours, malheureusement, des chants communautaires dans certaines tribunes que nous devrons continuer à combattre, mais je crois que parler d'homophobie en l'associant au football est aujourd'hui quelque chose qui n'a plus vraiment de justification".


 




 

Vos commentaires