En ce moment
 
 

"Je ne vais plus au cinéma, je ne m’achète plus de vêtements, je fais avec ce que j’ai": Rolende, 73 ans, raconte la galère des petites pensions

© Belga
 
 

Un pensionné sur deux en Belgique touche moins de 1.500 euros nets par mois. Alors que les négociateurs du futur gouvernement fédéral discutent d'une revalorisation des pensions les plus faibles, nous avons voulu savoir comment vivent ces personnes qui ont une faible retraite.

En Belgique, il y a en ce moment environ 2,37 millions de pensionnés. Les négociateurs du futur gouvernement planchent sur une proposition de pension minimale à 1.500 euros. S’agit-il d’un montant brut ou net ? La question doit encore être tranchée. Et elle fera certainement toute la différence, car de très nombreux retraités sont contraints de vivre chichement, en raison du faible montant de leur retraite.

Se serrer la ceinture, tout le temps

"Je me serre la ceinture", lance d’emblée Rolende. La retraitée de 73 ans vit près de Fleurus, avec moins de 1.400 euros par mois. Elle doit donc contrôler chaque dépense : "Je ne vais plus en vacances, je ne vais plus au cinéma, je ne vais plus au théâtre. Je ne m’achète plus de vêtements, du tout, du tout. Je fais avec ce que j’ai".

Rolende précise : "Quand vous avez enlevé le loyer, l’électricité, les frais de la voiture, les courses… J’ai compté, ce mois-ci, il me reste aux alentours de 350 euros pour arriver au bout du mois, le 15 du mois prochain".

La crainte des lendemains difficiles

La pensionnée a deux petits-enfants mais elle ne peut pas les gâter comme elle le voudrait. "J’aime mieux faire plaisir aux autres, que de me faire plaisir à moi, mais je ne sais pas donner de trop parce que je dois faire attention", résume-t-elle.

Difficile aussi d’envisager un avenir dans une maison de repos, elle ne pourrait tout simplement pas se le permettre. "J’espère qu’il ne m’arrivera rien, mais je ne saurais pas payer la maison de repos… Et les kinés, les médicaments, les médecins, c’est impossible. Une personne comme moi avec la pension que j’ai, c’est impossible".

Rolende estime qu’avec une pension de 1.500 euros nets par mois, elle vivrait bien plus sereinement: "Comme on dit, cela mettrait du beurre dans les épinards", conclut-elle. 




 

Vos commentaires