En ce moment
 

"La dégradation du béton constatée dans les centrales nucléaires a été sous-estimée"

Le directeur général de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), Frank Hardeman, a estimé mardi que la dégradation du béton constatée dans les parties non nucléaires des deux centrales nucléaires avait été sous-estimée.

"On a longtemps considéré que c'était une dégradation de béton sans impact sur la structure", a indiqué M. Hardeman, interrogé en sous-commission de la Chambre sur la sécurité nucléaire. C'est pour cette raison que la maintenance a dans un premier temps été "superficielle".

Les parties des centrales nucléaires affectées par les problèmes de dégradation de béton concernent des systèmes de sécurité de réserve. Mais ils doivent être opérationnels pour assurer le fonctionnement de la centrale contre, par exemple, les chutes d'avion. Le réacteur Doel 3 en a été affecté mais est redevenu opérationnel après réparation du béton touché par l'humidité, tandis que Doel 4, Tihange 2 et Tihange 3 sont à l'arrêt pour cause à la fois de révision planifiée et de réparation de leurs bétons.

Le patron de l'AFCN ajoute que le problème est maintenant traité de manière "pro-active" par l'exploitant (Engie-Electrabel).

Des anomalies également dans le béton armé de Tihange 2

Tout comme Tihange 3, Tihange 2 présente des anomalies au niveau des armatures du béton armé, qui ne sont pas positionnées strictement comme sur les plans, ont confirmé mardi soir Engie Electrabel et l'AFCN au micro de la VRT. "Nous avons en effet trouvé des anomalies dans les armatures en acier et cela a été annoncé en toute transparence à l'AFCN", a indiqué Thierry Saegeman, patron du nucléaire chez Engie Electrabel sur la VRT.

Le problème va désormais être analysé. "Dès que nous aurons une vue complète, nous procéderons aux calculs, prendront des mesures et feront les réparations qui s'imposent."

"Il y a effectivement des indications selon lesquelles ces armatures ne correspondent pas tout à fait", a confirmé le patron de l'AFCN Frank Haerdeman. "Mais nous n'avons pas encore reçu de rapport circonstancié sur la gravité" et donc sur ce qu'il conviendra de faire.

Selon le planning actuel, le réacteur Tihange 2 doit être redémarré le 1er juin 2019.

Vos commentaires