En ce moment
 
 

"Même quand les jeunes descendent dans la rue, les politiques restent sur leurs positions": WWF dénonce le manque d'actions pour le climat

Une marche pour le climat a rassemblé jeudi 12.500 jeunes dans les rues de Bruxelles, selon la police locale, pour la deuxième édition d'une initiative lancée par des élèves en faveur d'une politique climatique plus ambitieuse. L'initiative "Youth for Climate" a été lancée par des élèves flamands qui ont décidé de "brosser les cours", selon l'expression belge, jusqu'à obtenir de la classe politique des mesures pour lutter contre le changement climatique, rassemblant près de 3.000 personnes la semaine passée. Ils ont été rejoints jeudi par des élèves francophones.

Sur le plateau du RTL INFO 13h, Antoine Lebrun, président du WWF Belgique, a salué cette initiative spontanée. "Ce qui est beau dans le mouvement, c'est sa spontanéité", relève-t-il. Le président de l'organisation a également dénoncé le manque d'actions des politiques. "Ça fait des années que la Belgique est à la traîne en matière climatique et même quand les jeunes descendent dans la rue, ce qui est quand même assez fantastique, on a des ministres qui restent sur leurs positions en disant 'Nous faisons ce que nous devons mais les citoyens doivent changer de comportement'. D'autre part, les ministres font de belles déclarations mais derrière, les mesures ne suivent pas. Et les jeunes s'en rendent très bien compte", a-t-il confié. 



Une nouvelle marche pour le climat annoncée

Face à la mobilisation des citoyens, de nombreux politiques s'accordent pour demander aux citoyens d'être patients, arguant le fait que des mesures immédiates ne peuvent être faites. "Quand ça fait des années que la Belgique est à la traîne, sur le plan européen, on est en queue de peloton pour ce qui concerne nos efforts pour réduire nos émissions de CO2. Ça devient difficile à entendre", souligne le président. Avant d'ajouter: "La jeunesse considère ce problème comme très important. Je pense qu'il reste pas mal d'efforts à faire sur le plan politique". 

Début décembre, une jeune Suédoise de 15 ans, Greta Thunberg, avait frappé l'opinion publique lors de la COP24 à Katowice (Pologne) avec sa plaidoirie pour les générations futures. La jeune fille est devenue une figure parmi les jeunes qui se mobilisent de plus en plus pour le climat à travers le monde, appelant les décideurs politiques et les entreprises à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Une nouvelle marche est prévue le 27 janvier. Elle fait écho à la mobilisation organisée début décembre, qui avait rassemblé entre 70.000 à 75.000 participants selon les organisateurs. 

Vos commentaires