En ce moment
 

1 Belge sur 10 n'a pas consulté de médecin généraliste en 4 ans: quel risque pour le patient?

Près d’un Belge sur 10 n’a jamais consulté de médecin généraliste entre 2011 et 2015. C’est ce qui ressort des chiffres de la santé Maggie de Block. Pourquoi? Comment expliquer ce phénomène. Quelles peuvent être les conséquences pour les patients?

Au total, plus d’un million de Belges ne se sont pas rendus chez un médecin généraliste entre 2011 et 2015. L’aspect financier, l’automédication, le choix d’un spécialiste plutôt que d’un généraliste? Plusieurs explications sont possibles. "Le fait qu’il y ait des consultations par internet, des ventes de médicaments peut rassurer certains patients", pense un médecin généraliste.

"Je pense que la médecine générale est très accessible", dit le vice-président de la fédération des associations des médecins généralistes Pierre Bets. "Peut-être que ce qui suit la visite chez le généraliste: la facture chez le médecin, la facture chez le pharmacien ou les actes à réaliser en soins complémentaires sont peut-être un frein à la consultation."


Contrôle régulier à partir de 50 ans

En Wallonie, 9% des habitants n’ont pas franchi la porte d’un médecin. Cela concerne 25% des bruxellois et 6% des Flamands. Si pour les jeunes cela pose apparemment peu de problèmes, à partir d’un certain âge, des consultations préventives sont conseillées.

"Je pense qu’à partir de 50 ans, il faut quand même avoir un certain contrôle cardio vasculaire, pour la tension, l’auscultation, la biologie, le cholestérol, le diabète, la fonction rénale… Ce sont tous des facteurs importants."


Une forme de déni

Autre point essentiel, le dépistage. Trop peu de Belges prennent le temps pour ce genre d’examen médical, selon le docteur Bets. "Les gens pensent au médecin pour le curatif", explique-t-il. "Donc je pense que c’est probablement une forme de déni de certains patients et une impression peut-être que cela ne sert à rien de dépister, qu’il sera toujours temps quand les symptômes apparaîtront. Je pense que c’est une grosse erreur!"

En fonction de la tranche d’âge, des dépistages sont organisés et remboursés par la fédération Wallonie Bruxelles. Par exemple pour le cancer du côlon, du sein, ou de la prostate.

Vos commentaires