En ce moment
 

16 % des victimes de la route sont des piétons: voici les nouvelles technologies pour éviter les chocs (vidéo)

16 % des victimes de la route sont des piétons: voici les nouvelles technologies pour éviter les chocs

La Belgique est plutôt mauvaise élève, en matière de sécurité des piétons. Ces derniers représentent 16% des victimes de la route. Il faut donc plus de vigilance, de leur part, mais aussi et surtout des automobilistes. Les constructeurs font d'ailleurs, de plus en plus, appel aux nouvelles technologies pour "aider" les conducteurs à éviter ce type d'accident. C'est ce qu'on peut voir, notamment, en ce moment, au Salon de l'auto qui vient d'ouvrir ses portes à Bruxelles.

La marque suédoise Volvo ambitionne de développer des technologies pionnières en termes de sécurité. Son credo est de protéger les conducteurs, mais aussi les piétons. Il y a par exemple le système désormais rependu du freinage automatique.

"La première étape sera simplement un signal sonore. La deuxième étape consistera en un message qui va s’afficher sur le tableau de bord. Dans l’ultime condition où le conducteur ne réagit pas malgré tout, alors le freinage peut être automatique", résume Nicolas Grimmonprez, formateur produits chez Volvo.


Des aides pour éviter la collision

Cette assistance est rendue possible grâce à des radars et caméras installés à l’avant du véhicule. Une nouvelle technologie lancée par un autre constructeur permet d’aider le conducteur lors d’un freinage d’urgence.

"On a tendance à mettre le pied sur la pédale de frein et puis comme réflexe de ne pas pousser jusqu’au fond. Ici le véhicule va reconnaître ce réflexe et va pousser la pédale au fond afin d’utiliser le potentiel maximal de freinage", explique Geert Jaeken, le directeur du service des ventes chez Mercedes.

Dans la course à l’innovation, il y a aussi cet airbag conçu spécialement en cas de collision avec le piéton. Installé sous le capot, il diminue l’intensité du choc.


Des aides pour diminuer l'impact de la collision

"Au moment de l’impact, le capot va se relever de quelques centimètres pour augmenter la distance entre les parties rigides du moteur et le capot", précise Nicolas Grimmonprez, formateur produits chez Volvo.

Au fil des évolutions automobiles, les matières utilisées pour la construction des pare-chocs sont devenues plus souples. Là aussi, il s’agit d’un changement pensé en vue de réduire l’intensité du choc, lors d’une éventuelle collision.

Vos commentaires