En ce moment
 
 

32.000 Wallons bientôt exclus du chômage: voici qui va perdre ses allocations

 
 

32.000 chômeurs wallons seront exclus à la fin de l'année. Le syndicat socialiste FGTB a fait le compte commune par commune et a envoyé un courrier à tous les bourgmestres, car ce sont eux qui récupéreront ces ex-chômeurs qui iront frapper à la porte du CPAS.

Les journaux SudPresse ont publié les chiffres de l'étude du syndicat socialiste FGTB concernant l'exclusion des chômeurs wallons suite à la réforme du gouvernement Di Rupo, ce mercredi matin. 32.000 personnes vont ainsi perdre leurs allocations. Qui sont ces chômeurs bientôt exclus? Il s'agit de femmes, en majorité. Elles représentent 64% des exclusions qui vont intervenir au 1er janvier prochain. Si on regarde la situation de famille, la moitié des exclus sont cohabitants. Ils ont un conjoint qui dispose d'un revenu, et eux touchaient 400 euros d'allocation. Ils n'auront plus droit à rien en 2015.
Un tiers des exclus sont chef de famille, un parent célibataire avec enfant. Et enfin, 10% sont isolés. Pour ces deux dernières catégories, il ne reste que le CPAS pour subvenir à leurs besoins.
Pourquoi seront-ils exclus?
Il s'agit là des conséquences de la réforme du chômage du gouvernement Di Rupo. Depuis le 1er janvier 2012, tous les bénéficiaires d'une allocation d'insertion professionnelle doivent travailler.
Quelles sont les villes les plus touchées?
Il y aura environ 2.500 chômeurs exclus à Charleroi, presque le même chiffre à Liège. Un peu plus de 1.000 demandeurs d'emploi seront privés d'allocations à La Louvière. Voilà le top-3. Viennent ensuite Mons, Seraing, et Namur.
Le Hainaut, la province la plus peuplée, est sans surprise aussi la plus touchée. Pour les CPAS de Liège, Mons ou Charleroi, la mesure va provoquer une hausse du nombre de bénéficiaires du CPAS de 25% ! On atteindra jusqu'à 50% de charges en plus à Grâce Hollogne. Les minimexés vont carrément plus que doubler, à Havelange ou Remicourt.



 

Vos commentaires