En ce moment
 
 

Jérémy et d'autres gilets jaunes ont bloqué le zoning de Thuin jusqu'à ce matin: voici pourquoi il continue à se mobiliser

Des gilets jaunes poursuivent leurs actions à quelques endroits de la Wallonie. Cinq participants étaient toujours présents ce vendredi matin sur le zoning de Thuin pour tenir un barrage filtrant. "On a commencé vers 20h jeudi où on était plus ou moins 50 à 60 personnes, et les trois entrées et sorties ont été bloquées. Puis ça s'est un peu estompé parce qu'après le plus gros flux de camions sortait seulement vers 3h30. Il y a eu un laps de temps où c'était calme, donc après on s'est reconcentré ici sur la sortie qui donne sur la commune de Lobbes, près du Proxy-Delhaize", nous a expliqué Jérémy.

Je comprends que c'est pas facile pour eux... mais nous c'est pour montrer qu'on est toujours là

Toutes les quinze minutes, les gilets jaunes ont laissé passer quelques camions. Durant la nuit, 70 à 80 camions ont été arrêtés, selon le manifestant. "On a discuté avec certains chauffeurs, dont les premiers. En grande partie, ils sont restés calmes. Je comprends que c'est pas facile pour eux, qu'ils sont en retard dans leurs livraisons, mais nous c'est pour montrer qu'on est toujours là. Le mouvement ne s'essouffle pas. On est toujours en place", a confié Jérémy.

Je suis là pour mes revendications: la première c'est le RIC, le référendum d'initiative citoyenne

Après plusieurs semaines de mobilisation, des gilets jaunes continuent donc à se mobiliser à divers endroits. "On sera peut-être ailleurs, parce qu'on essaie de faire des tournantes. On n'est pas là pour faire couler des entreprises ou mettre des gens au chômage. Ce sont des citoyens comme nous. Samedi par exemple on est à Charleroi, il y a un rassemblement et une manifestation. Y a aussi à Bruxelles, à Mons aussi. Il y a des manifestations partout ce week-end, au Nouvel An aussi. Des frontières aussi sont bloquées… Donc le mouvement il est là", s'exprime notre témoin.

Mais qu'est-ce qui motive Jérémy à poursuivre son action durant les fêtes? "Ce qui me fait revenir, c'est qu'il n'y a rien qui change. En même temps tout le monde se soutient. D'autres soutiennent, comme les gens qui klaxonnent et mettent leurs gilets jaunes. Moi je suis là pour mes revendications: la première c'est le RIC, le référendum d'initiative citoyenne. C'est ce qu'on veut, tant qu'on l'aura pas, on sera toujours là. Et puis on aimerait bien que la TVA sur l'électricité redescende à 6%, redescendre aussi le diesel, redescendre les accises et augmenter le kérosène", nous a répondu Jérémy.

Vos commentaires