En ce moment
 
 

500 personnes manifestent contre la violence policière à Bruxelles

Quelque 500 personnes se sont rassemblées samedi midi à la Porte de Hal à Bruxelles pour protester contre la violence dont s'est rendue selon eux coupable la police lors du "No Border Camp" le 29 septembre et 1er octobre derniers.

Parmi les manifestants se trouvait une parlementaire écologiste, Annemie Maes (Groen! ), a annoncé le porte-parole du collectif de citoyens à l'origine de la manifestation. Selon lui, de sérieuses violations des droits à manifester et à la liberté d'expression ont été commises durant la semaine du "No Border Camp". Le 29 septembre, des centaines de personnes ont ainsi été arrêtées à titre préventif lors d'une manifestation européenne contre la crise. La police aurait, selon plusieurs témoins, usé de violences physiques et psychologiques.

150 arrestations

Le 1er octobre, plus de 150 personnes ont été arrêtées dans les environs de la gare du Midi et de nouvelles violences policières ont été commises.

La députée Maes a aussi qualifié l'intervention de la police d'inappropriée et jugé hors de proportion la manière avec laquelle la police arrête des gens préventivement sur la base de signes extérieurs. Même des cyclistes ont été menottés. "Où va cette société dans laquelle même les cyclistes sont considérés comme des anarchistes? ", a-t-elle demandé.

Vos commentaires