En ce moment
 
 

745 euros et d’énormes problèmes de santé: 48 heures après son arrivée, la chienne de Leslie était en détresse respiratoire

745 euros et d’énormes problèmes de santé: 48 heures après son arrivée, la chienne de Leslie était en détresse respiratoire
©Pixabay

Des éleveurs de chiens sont prêts à tout pour vendre leurs chiots et faire du chiffre, certains n'hésitent d'ailleurs pas à falsifier les papiers de l'animal. Les chiots vivent dans des conditions déplorables. Fragiles, ils tombent rapidement malades et meurent dans le pire des cas. A l'Asbl Sans collier, on reçoit une quinzaine de plaintes par an pour ce type d’arnaques.

Leslie a été victime d’un commerçant peu scrupuleux. Prix du chien : 745 euros et… d’énormes problèmes de santé. "48 heures après son arrivée chez nous, nous avons dû partir aux urgences vétérinaires", a raconté Leslie. "Mon chien avait de grosses difficultés à respirer. Arrivés sur place, le médecin nous a annoncé qu’elle n’avait plus que 10% de capacité respiratoire, elle était vraiment en grande détresse".

Une toux de chenil a été mal soignée, ce qui a provoqué une broncho-pneumonie surinfectée pour le chien et des frais de vétérinaires importants.
"Il y a une facture de 65 euros pour les urgences et une note de plus de 500 euros pour la clinique universitaire de Liège et les soins intensifs", a détaillé Leslie.


Une quinzaine de plaintes par an recensée par l'Asbl

Autre problème : la maîtresse ne connaît pas l’âge de l’animal et le carnet de vaccination n’est pas en ordre. Ce phénomène est malheureusement récurrent : une quinzaine de plaintes sont déposée par an à l’Asbl Sans collier.

"Il y avait aussi une problématique liée à l’importation des chiens. Les chiens qui sont souvent proposés à la vente dans ce type de commerces sont des chiens qui ont été importés des pays de l’Est et où les parents vivent dans des conditions déplorables", a souligné Sébastien De Jong, le directeur de l'association.

Un conseil dans ces cas-là : se rendre chez un vétérinaire et poursuivre le commerçant. L’objectif est de diminuer la maltraitance animale.


Des conseils pour adopter... en toute sécurité

Les refuges sont une bonne solution pour adopter un animal... Mais si on préfère l'élevage ou un commerçant, voici quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises. Ils sont dispensés par Sébastien De Jong, le directeur de l'Asbl Sans collier.

"Il faut se renseigner auprès de son vétérinaire mais aussi sur internet par rapport aux expériences que certaines personnes auraient pu avoir précédemment. Et puis, c’est aussi regarder le type d’élevage. Un élevage qui fait plus de deux ou trois races, souvent c’est problématique, cela signifie que les chiens ont été importés ou proviennent d’ailleurs. Et lorsque vous vous rendez sur place, demandez à voir la mère. Si on refuse, cela veut dire qu’il y a peut-être quelque chose à cacher."

Enfin, n’hésitez pas à venir avec un professionnel, un vétérinaire par exemple, lorsque vous vous rendez dans un élevage pour vérifier que l’animal est en bonne santé.

Vos commentaires