En ce moment
 

7e jeudi pour le climat: les jeunes sont-ils manipulés comme l'affirment certains sur les réseaux sociaux?

  • Jeunes pour le climat: Greta Thunberg présente à Bruxelles !

  • Jeunes pour le climat: des jeunes étrangers manifestent à Bruxelles

  • Jeunes pour le climat: l''école ND de Pont-à-Celles défend les abeilles

 

Comme pour tout événement fort, des théories complotistes surgissent sur Facebook. Dans le cadre des marches pour le climat, celle-ci insinuent que les ONG et partis environnementaux tirent les ficelles. Nous avons interrogé les parties concernées.

Pour la septième fois, la jeunesse du pays va descendre dans la rue ce jeudi pour réclamer des mesures fortes de la Belgique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Aujourd'hui, le programme est chamboulé en raison de la présence de Greta Thunberg. Elle est suédoise, elle a 16 ans, elle est devenue le leader du mouvement pour le climat, interpellant les chefs d'état du monde entier. Greta Thunberg s'exprimera au parlement européen à 9h30, en présence notamment du président de la commission Jean Claude Juncker. La manifestation débutera plus tard, à 13h avec un démarrage de la gare du Nord, pour rallier la gare du midi. 

RTL info se pose cette question ce matin: nos jeunes qui marchent pour le climat sont ils manipulés? Certain politiques, certains citoyens le pensent et la théorie circule sur les réseaux sociaux. Réponses de principaux intéressés.

"C'est méchant. On ne nous fait pas confiance. C'est un peu nous critiquer 'Parce qu'on est jeune et qu'on va pas au cours. Si on bougeait pas, on nous critiquerait quand même", répond Romain, élève de secondaire à Bruxelles.

"Nous, on était là. Et puis la jeunesse s'est mise en mouvement et elle a raison de le faire. On ne la manipule pas, elle a dans ses mains toutes les capacités pour s'informer", renchérit Juliette Boulet, la porte-parole de Greenpeace.

"C'est un mouvement indépendant et spontané. Comme présidente d'une famille politique qui depuis plus de 30 ans se préoccupe de ces questions, je ne vais pas bouder mon plaisir en voyant qu'il y a un mouvement social grandissant autour de ces questions-là", se réjouit Zakia Kattabi, coprésidente d'Ecolo.

Vos commentaires