À Tubize, Infrabel veut fermer 3 passages à niveaux, le bourgmestre est hors de lui: "On est mis devant le fait accompli"

L'an dernier, 9 personnes ont perdu la vie dans des accidents survenus sur des passages à niveau, selon les chiffres communiqués par Infrabel. Pour éviter d'autres drames, le gestionnaire du réseau les supprime. À Tubize, le bourgmestre aurait aimé que des alternatives soient envisagées.

Le bourgmestre de Tubize, Michel Januth, est furieux car dans le village de Saintes, dans la commune de Tubize, Infrabel veut supprimer trois passages à niveau.

Deux des trois le seraient sans solution de remplacement et à des endroits pourtant stratégiques, selon le bourgmestre. "On ne peut pas obliger les gens, pour aller conduire les enfants à l'école, de faire des détours de 2 ou 3 kilomètres, c'est impensable. Il y a des familles qui vont être vraiment séparées en deux", assure Michel Januth sur Bel RTL, au micro de Bernard Lobet.


"La liaison entre les 2 parties du village"

Infrabel assure pourtant qu'à la demande des communes, un pont a été ajouté. "Faux, répond le bourgmestre, ce n'est pas sur la ville de Tubize, ça ne concerne pas nos passages à niveaux. Ce que nous réclamons, c'est une passerelle pour garder la liaison entre les deux parties du village".

En fait, un des trois passages à niveau a déjà été fermé. "On est mis devant le fait accompli", déplore Michel Januth, qui se dit prêt à discuter avec le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire pour trouver des solutions, mais dénonce le fait de ne pas avoir été concerté au préalable.


"Je ne peux pas être d'accord"

"Je ne suis pas contre le fait de trouver des solutions pour sécuriser les passages, mais arbitrairement, fermer des passages à niveaux, là, je ne peux pas être d'accord. On n'arrive pas avec ses gros sabots unilatéralement en disant voilà, vous n'avez rien à dire, on est chez nous, on ferme et c'est bon comme ça", lance-t-il.

Infrabel a relevé 51 accidents dans des passages à niveau en 2017, contre 45 en 2016. Ces statistiques restent stables avec une moyenne de 10 décès par an. La majorité des accidents surviennent pendant les heures de pointe et ils impliquent des riverains dans 70 % des cas.


Encore 1.737 passages à niveaux en Belgique

Lutter contre ces accidents passe notamment par la sensibilisation dans les classes de secondaire (de 12 à 15 ans), mais aussi par la suppression des passages à niveau, comme prévu par le contrat de gestion d'Infrabel. 335 passages ont déjà supprimés depuis 2005 et il en reste 1.737 en Belgique, dont les 2/3 en Flandre.

Les communes sont souvent réticentes à supprimer un passage à niveau, car cela affecte la mobilité des habitants. Les réticences redoublent en cette année d'élections communales.

Vos commentaires