En ce moment
 
 

Pass sanitaire, vaccination : faut-il les imposer à l'école ?

 
 

A une semaine de la rentrée scolaire, l'idée d'une vaccination obligatoire des enseignants est à nouveau évoquée. Les syndicats sont partagés mais c'est une des solutions proposées par l'enseignement catholique, dont le directeur général était l'invité de 7h50 ce lundi.

Une rentrée en ordre dispersé, à une semaine du retour en classe. A Bruxelles, les mesures sanitaires sont beaucoup plus strictes que dans le reste du pays. En primaire, les enseignants doivent porter de manière constante le masque. En secondaire, les élèves aussi alors qu'ailleurs, il ne sert que pour les déplacements. Des mesures qui déplaisent à tout le monde, et qui pourraient être évitées si les chiffres étaient moins "mauvais" dans notre capitale.

L'invité de 7h50 ce lundi était Etienne Michel, directeur général du Segec, le secrétariat général pour l'enseignement catholique. Il milite depuis plusieurs mois en faveur du pass sanitaire dans les écoles, et de la vaccination obligatoire des enseignants.

"Le vrai problème (qui empêche une rentrée sans masque) à Bruxelles, c'est le taux de vaccination, en particulier celui des élèves. Seulement 8% des 12-17 ans, contre 32% en Wallonie. On n'a pas les chiffres pour les enseignants, mais pour la population adulte à Bruxelles, c'est grosso modo 60% à Bruxelles contre 80% ailleurs".

Vous avez fait une proposition d'un covid safe ticket (sorte de pass sanitaire) pour que les enseignants puissent retirer le masque à l'école, ça a été bien accueilli ?

"On a émis trois hypothèses de travail, et ça n'est pas à nous de trancher. La première, ce sont des campagnes de vaccinations et de sensibilisation, donc une base volontaire, peut-être des bus de vaccination dans les écoles. Pourquoi pas ? Si ça marche, si c'est efficace. Hypothèse B: le certificat sanitaire, donc permettre d'appliquer à Bruxelles les mêmes dispositions qu'en Wallonie (pas de masque quand on est assis). Troisième hypothèse: la vaccination obligatoire. Les organisations syndicales ont évoqué cela, c'est un pas plus loin".

Selon Etienne Michel, "que l'école puisse être un lieu où l'on vaccine les élèves, nous y sommes ouverts. Il y a une grande tradition de médecine scolaire dans l'enseignement en Belgique francophone en particulier".

Les syndicats sont partagés

Les syndicats ne sont pas d'accord sur les mesures à mettre en place pour limiter la propagation du coronavirus... Si la CSC n'est, a priori, pas "contre" la vaccination obligatoire, la CGSP rejette l'idée d'un pass sanitaire dans les écoles.

Cela pourrait entraîner des discriminations, selon Joseph Thonon, président de la CGSP-Enseignement. "L'obligation vaccinale pour les enseignants n'est pas la bonne solution. Il faut essayer de les convaincre: la grosse majorité des enseignants sont déjà convaincus, mais il reste peut-être un effort à faire dans la région de Bruxelles, mais nous n'avons pas de chiffres à l'heure actuelle". Il estime aussi que pour les élèves, certains resteront "butés et ne voudront absolument pas se faire vacciner, et donc ils n'iraient plus à l'école..."


 




 

Vos commentaires