En ce moment
 

Comment améliorer la motivation des enseignants? Voici la réponse de la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns

  • Comment améliorer la motivation des enseignants? Voici la réponse de la ministre de l

  • Marie-Martine Schyns fait le point avant la rentrée des classes

 

Durant toute cette semaine, nous avons interrogé des acteurs de l'enseignement, mais aussi du monde de l'entreprise. A chaque fois, ils ont adressé une question à la ministre de l’Enseignement. Le directeur général de la confédération construction, Francis Carnoy, a par exemple demandé à Marie-Martine Schyns comment elle comptait améliorer l'image des filières techniques, mais aussi comment améliorer la motivation des enseignants?

"Avant le choix même de la filière technique, les élèves doivent découvrir dans le parcours commun, en primaires déjà, de nouveaux domaines artistiques, techniques et numériques. C’est ce que prévoit le pacte d’excellence. En découvrant ces différents domaines, cela permettra d’ouvrir l’horizon et de faire un choix positif", a déclaré la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns dans le RTLinfo19H. Elle ajoute également que les filières techniques ont déjà été renforcées, notamment avec des grilles horaires plus complètes ou en améliorant l’équipement de pointe dans les centres de technologies avancées "pour être en phase avec le monde du travail."

Quant à la motivation des enseignants, qui auraient tendance à "quitter trop vite" la profession, Marie-Martine Schyns estime que pour l'améliorer, il faudra faire appel à "l’ensemble de la société et s'interroger sur le regard que nous pouvons porter en tant que parents sur ce métier qui est pour moi, le plus beau métier du monde", estime-t-elle. "Pour les accompagner quand ils sont débutants et pour faire en sorte qu’ils ne quittent pas le métier, il faut des référents dans les écoles et des formations spécifiques pour les nouveaux enseignants. De manière plus générale, il va falloir renforcer l’attractivité du métier, mais ça ne se fait pas avec une baguette magique. L’ensemble de la société doit pouvoir se poser ces questions."

Vos commentaires