Agriculteurs en colère: les barrages filtrants ont été levés en province du Luxembourg (photos et vidéo)

  • Crise du lait: le point sur la situation

  • Crise du lait: l

  • Crise du lait: près d

  • Crise du lait: Patrick Dupriez s

  • Agriculteurs en colère: "Le jour où on sera plus là, ce sera trop tard"

 

Les agriculteurs en colère ont mené une action d'envergure ce mercredi matin sur la E411 à Habay, sur la N4 à Warnach et sur la N40 à Heinsch (Arlon), en province de Luxembourg. Des barrages filtrants contrôlaient les camions. Ils restaient bloqués s’ils contenaient de la nourriture produite ailleurs qu’en Belgique. Les barrages ont été levés vers 14H. Hier soir, les producteurs de lait s’étaient déjà rassemblés à l’aéroport de Liège (Bierset), où ils ont bloqué les installations d’Aviapartner et de TNT.

Les barrages filtrants des agriculteurs perturbant la circulation dans le sud du pays ont été levés vers 14h00, a confirmé le cabinet du gouverneur de la province du Luxembourg, Bernard Caprasse. L'action s'est très bien déroulée et est un succès selon Victor Thines, du syndicat MIG, l'association de producteurs de lait belges (Milcherzeuger Interessengemeinschaft) à l'origine de la mobilisation.

Les producteurs de laits ont levé dans l'après-midi leurs barrages filtrants le long de la E411 Bruxelles-Luxembourg, à hauteur de la sortie 29 à Habay, et sur la N4 à hauteur de Warnach-Fauvillers. Les déviations ont aussi été levées, et le trafic est en cours de normalisation dans les deux sens sur ces axes, indique le cabinet du gouverneur de la province du Luxembourg. Toutefois, quelques ralentissements sont toujours possibles en raison d'une opération escargot menée par des agriculteurs entre Warnach et Bastogne, précise le cabinet. Touring Mobilis estime que le temps de parcours est encore allongé de 20 minutes en direction de Bastogne sur la N4, et de 30 minutes sur la E411 en direction de Namur.

La mobilisation est une réussite selon Victor Thines, du syndicat MIG, puisque aucune échauffourée n'a été déplorée. "Nous espérons avoir influencé l'opinion publique pour souligner qu'on est dans la dèche. Environ 75% des automobilistes étaient avec nous. Nous verrons si cela a eu de l'impact sur nos ministres ou à l'Europe." Par ce mouvement de grande ampleur, les agriculteurs entendent maintenir la pression sur les dirigeants politiques avant la réunion européenne prévue le 7 septembre prochain. Le secteur déplore la chute des prix du lait jusqu'à 25 centimes le litre. C'est le résultat d'une politique laitière qui mise sur l'exportation et la surproduction, estiment les producteurs de lait européens qui réclament une réforme du système pour stabiliser le marché.



Envrion 600 agriculteurs à Liège Airport

Hier soir, environ 600 agriculteurs avec 400 tracteurs avaient déjà bloqué les bâtiments d'Aviapartner et de Qatar Airways à Liège Airport. Vers 00h20, certains manifestants se sont même introduits, avec des pétards et des barres de fer, dans les bâtiments de la société de manutention aéroportuaire. La police a finalement dispersé la foule de protestataires en utilisant des gaz lacrymogènes. Cette action menée depuis mardi soir à l'aéroport de Liège-Bierset est toujours en cours, selon Victor Thines, du syndicat MIG.


"Des portes ont été forcées, des véhicules endommagés"

"Outre le blocage d'entreprises comme TNT et le dépôt de différents obstacles sur la chaussée ou au niveau de rond-point, d'importantes dégradations ont été commises. Des portes ont été forcées, des véhicules endommagés", explique Christian Delcourt, porte-parole de l'aéroport qui a déjà indiqué qu'une plainte serait déposée. "Sur le fond, les agriculteurs se trompent de cible puisque nous n'importons pas de produits laitiers venus de Nouvelle-Zélande, comme ils l'ont indiqué. Sur la forme, ce genre de comportements est scandaleux", a-t-il ajouté. Du coté du MIG, ont regrette ces incidents. "Ce qu'il faut savoir, c'est qu'un petit groupe de personnes, qui ne sont pas des agriculteurs, sont à l'origine de ses soucis. C'est déplorable", explique Luc Hollands, administrateur du MIG.


 

D'autres actions à prévoir dans les prochains jours et les prochaines semaines

Il y aura très probablement d’autres actions dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, mais rien n’a encore été défini. "Les syndicats d’agriculteurs ont tous en tête la réunion du conseil européen du 7 septembre prochain qui va se pencher sur l’univers de l’agriculture. Et dès ce vendredi, tous les syndicats de l’agriculture vont se réunir à Bruxelles pour se mettre d’accord sur un texte commun concernant leurs revendications. Ce texte, ils vont le remettre au ministre belge de l’Agriculture pour qu’il puisse l’avoir en main lors de ce conseil européen", a indiqué Sébastien Prophète, notre journaliste présent à l’un des barrages.


Pourquoi ces actions ?

Par ce mouvement de grande ampleur, les agriculteurs entendent maintenir la pression sur les dirigeants politiques avant la réunion européenne prévue le 7 septembre prochain. Le secteur laitier déplore la chute des prix du lait jusqu'à 25 centimes le litre. C'est le résultat d'une politique laitière qui mise sur l'exportation et la surproduction, estime l'EMB qui réclame une réforme du système visant à stabiliser le marché.

Vos commentaires