En ce moment
 
 

Aide du gouvernement pour les plus précaires: certains ménages se sentent oubliés

 
 

L'un des gros dossiers du budget concernait la hausse de la facture énergétique. Pour l'alléger un peu, le gouvernement a donc décidé de prolonger le "tarif social" pour les plus démunis et de leur octroyer, aussi, un "chèque énergie" de 80 euros. Alors, qui va vraiment pouvoir en profiter ? Et est-ce que ce sera suffisant pour "compenser" les hausses de prix de ces dernières semaines ?

C'est la première mesure qui a été annoncée par le gouvernement: la prolongation du tarif social élargi. Un dispositif mis en place initialement dans le cadre des mesures covid et qui sera maintenu en 2022. Des aides accordées à environ 2 millions de Belges, soit des bénéficiaires du CPAS, des pensionnés aux rentrées limitées et des travailleurs avec un revenu de 1.600 euros brut par mois. Sur la facture en moyenne: 720 euros d'économie par an.

Il faut maintenir des aides

Au CPAS des Bons-Villers par exemple, vu la situation actuelle, on se réjouit de la mesure. Anne-Laure Desmit, est la présidente du CPAS: "Les gens font le plein de leur cuve de mazout. Ils téléphonent car ils n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Ils sollicitent l'aide du CPAS. C'est tous les jours, au moins une demande dans ce sens-là. Il faut maintenir des aides."

Parallèlement à la mesure, ces mêmes personnes profitant du tarif social élargi pour le gaz et l'électricité et en situation délicate, bénéficieront d'une réduction de 80 à 100 euros sur la facture annuelle. Certains citoyens aujourd'hui se sentent oubliés. "Il faut vraiment être dans la dèche et bien en-dessous de terre pour avoir des aides. Les ménages normaux, la majorité des ménages, on ne verra pas la couleur des aides du Fédéral", estime une dame interrogée pour le RTL INFO 19 heures.

Invité de notre rédaction, le Premier ministre Alexander De Croo a réagi: "La gratuité n'existe pas.  Il y a toujours quelqu'un qui doit la payer. Notre choix a été de cibler ceux qui en ont vraiment besoin. On avait le choix de donner à tout le monde un tout petit peu ou de dire ceux qui en ont vraiment besoin, ceux là ont va les aider."

103 millions d'euros d'aides

Dernière modification sur notre facture, les taxes fédérales qui auraient augmenté l'an prochain seront remplacées par des accises dont on peut empêcher la hausse. Pour les ménages, c'est une réduction de 30 à 50 euros. "C'est mieux que rien mais ce n'est pas suffisant. Quand on voit le prix de l'énergie, ce n'est pas assez pour beaucoup de personnes", lâche un passant interviewé. Cette mesure ne s'applique pas pour les personnes qui profitent du tarif social élargi. Pour le gouvernement, le coût de cette ristourne représente 103 millions d'euros.


 




 

Vos commentaires