En ce moment
 

Alain est obligé de puiser dans ses réserves pour nourrir ses vaches laitières: mais comment va-t-il faire cet hiver?

La sécheresse de cet été engendre des conséquences fâcheuses pour les éleveurs de vaches laitières. Les bêtes ne trouvent plus d'herbe à brouter et les agriculteurs doivent donc les nourrir avec les réserves de foin qui étaient réservées à cet hiver...

C'est un ravitaillement plutôt indispensable pour les vaches d'Alain. Après plusieurs semaines de températures très élevées, les bêtes ne peuvent plus rien trouver à manger dans leur prairie et pour lui, la seule solution, c'est de leur fournir des bottes de foin. Mais voilà, en cette période-ci de l'année, déposer une botte de foin dans une pâture n'est pas dans les habitudes de ce producteur.

Alain Boudrez, producteur laitier: "D'habitude on va puiser dans nos réserves à partir du 15 octobre, mais ici, on fait cela depuis le 15 juillet. Si on n'apporte pas d'alimentation en plus de ce qu'il reste, la production laitière va tomber à l'eau", déplore l'agriculteur.

Alain est donc obligé de puiser dans les réserves qu'il avait constituées pour l'hiver: un manque à gagner, du travail supplémentaire et la perspective de devoir racheter du foin dans les prochains mois. "Je pense qu'a priori, si la saison ne change pas, je vais devoir y penser", regrette-t-il.

Et cela se trouve où?

"Cela s'achète à l'étranger. Et tout va dépendre du prix. On ne sait pas encore le dire pour le moment", explique Alain.

L'autre problème rencontré, c'est l'eau pour les vaches. D'habitude, à cette période, elles se servent dans les ruisseaux du préau, mais cette année, la situation est différente.

"C'est la première fois que j'amène de l'eau avec mon papa", commente Ethan, 14 ans, qui vient d'acheminer une citerne d'eau avec son papa pour abreuver le bétail.

Dans certaines fermes laitières où l'eau n'est pas disponible en puits, on estime aussi le coût supplémentaire par rapport à l'an dernier à +75%.

Par ailleurs, la chaleur entraîne des pertes de production. Natacha Martin, cultivatrice dans le RTLinfo13H:"Comme il y a moins de pâturages pour les vaches, elles donnent moins de quantité de lait. On estime cette perte à 15% de production en moins..."

Le secteur du lait attend avec impatience le retour de la pluie et surtout la chute des températures.

Vos commentaires