En ce moment
 

Alcool au volant: "Le Belge essaie avant tout d'échapper au contrôle"

Une étude mondiale sur notre comportement au volant rend un constat peu flatteur pour la Belgique. Sur 38 pays, nous sommes derniers en ce qui concerne l'alcool au volant. Une attitude peu responsable que déplore VIAS, l'Institut belge pour la sécurité routière, même si dans d'autres domaines, les Belges font figure de bon élève. Les détails avec Mélanie Renda et Eric Poncelet pour RTL Info.

Entre boire ou conduire, le Belge aurait quelques difficultés à choisir.  Au cours des 12 derniers mois, 4 personnes sur 10 ont conduit sous l’influence de l’alcool.

"Ça doit m'arriver d'avoir des moments où je suis un peu au-dessus de la limite !", explique une dame. "Ça m'est déjà arrivé malheureusement à des soirées ou ce n'était pas prévu… On a un petit verre en trop vis-à-vis du code de la route", raconte un autre passant.  

Sur 38 pays, le Belge est même le pire élève en ce qui concerne l’alcool au volant.

"Le Belge essaie avant tout d'échapper au contrôle plutôt que de penser aux conséquences sur la sécurité routière", précise Benoît Godart, porte-parole de VIAS. "On ne peut pas dire que les Néerlandais ou les Anglais boivent moins que les Belges mais ils ont complètement scindé conduite automobile et boissons !" ajoute-t-il.

La vitesse ne l’effraie pas non plus puisque sur nos autoroutes,  7 personnes sur 10 roulent au-dessus de la vitesse autorisée. "Sur les autoroutes, disons 130 à 135 km/h, je pense qu'il n'y a pas de danger !" avoue une dame. "Je serai plutôt à du 110 qu'à du 120 km/h", précise un autre témoin.

Bon élève

Dans d’autres domaines, les Belges font figure de bon élève. 28% utilisent un portable au volant. Loin devant la Grèce ou la Finlande. Concernant le port de la ceinture de sécurité, là aussi il y a du progrès. "A l'arrière il y pratiquement 75% des Belges qui disent s'attacher. C'est un énorme progrès… Il y a quelques années, ça a quasi doublé le pourcentage", explique Benoît Godart.  

Selon VIAS, l’institut pour la sécurité routière, un éthylotest antidémarrage, bientôt obligatoire pour les récidivistes, devrait réduire les infractions de la route liées à l’alcool.

Vos commentaires