En ce moment
 
 

Alexander De Croo justifie les nouvelles mesures en évoquant "concrètement, le cas d'un trentenaire que je connais"

 
CORONAVIRUS
 

Le comité de concertation de ce mercredi 14 avril a décidé de nouvelles mesures concernant divers secteurs (enseignement, horeca, commerces, etc: VOIR LE RESUMÉ). Comme il en a l'habitude, le Premier ministre Alexander De Croo a expliqué, avant d'énoncer les mesures, les raisons des changements annoncés.

"Le comité de concertation a étudié la situation, et nous avons décidé d'être prudents et réalistes dans notre approche, qui est fondée sur la confiance. Pourquoi une telle approche ? Quand on voit la situation depuis plusieurs jours, on ne peut pas parler de bonnes nouvelles. La pression est toujours énorme, surtout aux soins intensifs. Ils accueillent de plus en plus de jeunes, et un tiers des hospitalisations se retrouvent aux soins intensifs, donc on ne peut plus s'occuper des autres patients, pour lesquels on doit remettre ces soins", a-t-il déclaré. 

Chose inhabituelle, le Premier a évoqué un cas concret, plutôt que de parler des chiffres buts. "Un cas que je connais, un jeune trentenaire qui n'a pas le corona, qui a appris qu'il avait une tumeur au cerveau. En principe, il doit être admis le plus tôt possible pour faire une biopsie de cette tumeur. Mais l'hôpital a dû lui dire qu'il ne pouvait pas faire cette biopsie car il n'y a pas de place en soins intensifs. Des histoires de la sorte, il y en a des centaines actuellement, c'est important d'en parler".

Selon le libéral flamand, le coronavirus en 2021 a changé. "Nous ne combattons plus le même virus qu'il y a un an. Il est aujourd'hui plus virulent et plus agressif. C'est pour ça que nous avons décidé cette période de pause qui se termine bientôt. Une décision difficile à prendre, et (à subir) pour la population. La bonne nouvelle, c'est que ces mesures nous ont aidés. Le nombre de contaminations a baissé, le taux de reproduction est passé en-dessous de 1. Nous ne sommes pas dans une augmentation exponentielle. On a peut-être dépassé le pic aujourd'hui, mais ça doit être confirmé. Le virus reste très présent et circule".

VOICI LES MESURES PRISES PAR LE CODECO


 

 




 

Vos commentaires